Modern technology gives us many things.

Hausse des prix de certains produits : le ministre du commerce s’explique

Le Directeur du Commerce intérieur, Ousmane Mbaye, reconnaît la hausse notée sur les prix de l’oignon et de la pomme de terre. Joint au téléphone par nos confrères de L’Enquête, hier, Ousmane Mbaye justifie la hausse du prix de l’oignon, en particulier, par la situation qui prévaut sur le marché mondial. Car, explique-t-il, au niveau du marché international, les prix sont passés de quatre (4) euros (près de 2625 francs Cfa) à treize (13) euros (près de 8530 francs Cfa), ce qui se répercute sur les coûts à la base. Mais, note-t-il, ces prix sont suivis de très près par les services du ministère du Commerce pour un retour à la normale.

alioune sarr commerceD’après Ousmane Mbaye, cette hausse s’expliquerait également par une phase de transition marquée par la fin du stock de l’oignon du Fouta appelé le « Ngagn Bëy ». Ces arguments sont battus en brèche  par vice-président de l’Association des Consommateurs du Sénégal (Ascosen), Momath Cissé, pour qui « rien ne justifie la hausse sur le prix de l’oignon ». « Quand il y a eu la hausse, j’ai tiré la sonnette d’alarme en disant que le prix de l’oignon risquait de flamber. J’en ai parlé au ministère du Commerce, à la direction de l’Agence Régulation des Marchés (Arm) “. Qui pis est,  Monsieur Cissé fustige la réaction du ministre du Commerce face à la hausse : ” le ministre est allé à Potou la semaine passée, mais c’est déplorable qu’en fixant le prix d’un oignon à 215 F Cfa bord champ, le ministre dise qu’il a trouvé l’oignon à 250 fCfa bord champ. Il n’a rien eu à dire d’autre que c’était bon pour les producteurs.

Il aurait dû dire que les producteurs ne sont pas en règle parce que fixer 215 F Cfa et vendre à 250 F Cfa, ce n’est pas normal », ajoute-t-il. En cette période de ramadan,  la Direction du Commerce tente de rassurer les consommateurs. « Avec le ramadan, il y a toujours une forte demande et beaucoup d’acteurs en profitent pour faire grimper les prix. Mais nous restons vigilants et nos équipes sont toujours sur le marché pour veiller au respect de l’homologation des prix », avertit le directeur du Commerce intérieur. « Depuis des jours, nous suivons la situation, surtout l’arrivée des camions parce que nous travaillons beaucoup plus sur les spéculations qui permettent au marché de se réguler lui-même », avance-t-il.

Les commentaires sont fermés.