Modern technology gives us many things.

Guinée : l’opposition se radicalise

cellou daleinLe chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo est de nouveau sur le point de battre le pavé avec ses pairs, pour tenter de ramener le pouvoir à la « raison ». L’opposant a sans doute compris que son salut demeure dans la poursuite du combat en faveur de l’instauration d’une véritable démocratie en Guinée. Ceci à n’importe quel prix.
Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) Cellou Dalein Diallo s’est inscrit dans une logique de confrontation avec le pouvoir. Cette épreuve de force repose sur le refus du gouvernement de donner satisfaction aux revendications de l’opposition. Des revendications qui portent sur le choix dans la transparence d’un opérateur technique « neutre et compétent » pour la mise à jour du fichier électoral et de la confirmation du vote des Guinéens de l’étranger, conformément aux dispositions du Code électoral. A ces revendications est venu se greffer le cas du décret du 30 juin, date prévue pour la tenue du scrutin législatif. L’opposition exige que ce décret convoquant le corps électoral soit rapporté. Pour le moment, le pouvoir affiche un refus catégorique à donner satisfaction à ces revendications. La donne se complique davantage avec la fin des inscriptions sur les listes électorales. Tout porte à croire désormais que les dés sont jetés pour ce qui est de la tenue du vote du 30 juin.
Le pouvoir ne cherchant apparemment plus que des arguments à brandir devant la communauté internationale, par rapport à la fiabilité du fichier gérer par le sud-africain Waymark. C’est dans cette optique que se situerait cette rencontre à laquelle les partis politiques ont été conviés ce lundi. Il s’agit de lever l’équivoque autour du processus de « transparence et de sécurisation du processus électoral », à travers une démonstration d’experts cooptés par l’Union Européenne (UE).
L’opposition ne compte pas prendre part à cette rencontre convoquée par le président Condé. C’est du moins ce que nous avons appris de la part de ses membres.
Elle s’attellerait plutôt à organiser les funérailles de ses militants tués lors des récentes manifestations publiques qui ont lieu dans la capitale. Des obsèques initialement prévues pour ce lundi, puis reportées au mercredi 22 mai. Dans ce climat tendu, le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a de plus en plus un discours orienté vers une radicalisation de leur position. Une posture qui s’expliquerait par la fermeté qu’affiche le pouvoir, qui feint de vouloir dialoguer, alors qu’en réalité, il n’a pas l’air tout à fait « sincère » dans cette démarche. C’est du moins ce que pense le collectif de l’opposition républicaine.
Lors de la dernière assemblée générale hebdomadaire du parti, qui s’est tenue le 18 mai dernier à Commandayah, le chef de file de l’opposition a réitéré son discours visant à demander dorénavant le départ du président de la République. Si jamais les lignes ne bougeaient pas dans le sens positif du terme. On se souvient que lors du meeting précédent, Dalein avait été ferme en disant ceci : « Ce que je vous demande maintenant après qu’on a fait preuve de notre attachement à la paix, au dialogue, c’est de vous préparer, parce qu’Alpha Condé ne veut pas céder et qu’on ne le laissera pas faire. Alors préparez-vous, nous allons relancer les manifestations. Et il faudrait que cette fois-ci, ce soit une manifestation digne d’une opposition responsable et décidée à mettre un terme à l’instauration d’une dictature dans notre pays. Je pense que lors de la prochaine marche, on demandera le départ d’Alpha Condé, parce qu’il ne veut pas de dialogue. Et il n’aime pas la démocratie », avait-il lancé à une foule en délire.
L’opposant à qui une frange du parti reproche souvent sa mollesse voire sa « faiblesse » face au président Alpha Condé, a gagné en maturité. De nombreux observateurs reconnaissent aujourd’hui que Cellou Dalein Diallo est devenu par la force du temps pugnace et opiniâtre. Des caractères qui lui valent désormais de conduire l’opposition, dans ce bras de fer qui l’oppose au pouvoir. Sans un véritable complexe. La présence au sein de cette même opposition de personnalités de grande envergure comme Aboubacar Sylla, Sidya Touré et Lansana Kouyaté constitue un atout pour le Collectif. Et Dalein doit savoir s’en servir à bon escient face à un adversaire très coriace, qui s’appelle Alpha Condé.

(Guinee Actu 21/05/2013)

Les commentaires sont fermés.