Modern technology gives us many things.

Guinée: le bilan macabre d’une chaude journée

guinée manif 1Le mot d’ordre de ville morte de l’opposition républicaine de ce 25 novembre a été suivi sur notamment la route Le prince. Comme d’habitude, il y a eu par endroit des accrochages entre jeunes et forces de l’ordre faisant des victimes et des dégâts matériels. A Bambéto, où un calme précaire régnait le matin, la situation a finalement dégénéré aux environs de 11h. Des jeunes ont barricadé la route et coupé la circulation. Non loin du carrefour de Bambéto, un jeune nommé Mamadou Baïllo Barry a été tiré à bout portant par un gendarme, selon des témoins. Originaire de Bantighël (préfecture de Pita), la victime devrait avoir environ 20 ans. Un témoin anonyme explique : « On m’a appelé pour me dire qu’un jeune a été tué par balle. Arrivé sur les lieux, j’ai vu les traces de sang et je suis parti à la morgue de la mosquée de Bambéto où j’ai vu le corps ». Selon le même témoin, les gendarmes sont revenus aux environs de et ont tiré sur un autre jeune à l’abdomen : « Je l’ai pris moi-même pour l’amener à la clinique » explique-t-il. Il s’appelle Mamadou Dalaba Barry, âgé d’environ 17 ans, blessé par balle à l’abdomen, au même endroit où Mamadou Baillo Barry a reçu la balle mortelle. Il est conduit dans une clinique du quartier dénommée « SAMU social Guinée », avant d’être transféré à la clinique « Centre mères et enfants » de Kipé. Le corps de Mamadou Baillo Barry a été dissimilé pour empêcher les gendarmes de le récupérer. Les gendarmes ont envahi les abords de la mosquée de Bambéto, où selon des témoins, le corps de Mamadou Baillo Barry se trouvait. Aux environs de 16h, des coups de feu nourris ont retenti, obligeant les populations à s’enfermer dans leurs maisons. On venait d’appeler à la prière, mais les fidèles musulmans ont dû se barricader dans la mosquée pour prier. La maison de Dieu et le domicile de la victime, situé non loin de là, étaient complètement inaccessibles.

Fanta Diallo, une jeune femme a été grièvement blessée à la tête et sur la figure par un caillou lancé selon elle par un gendarme. « J’ai entendu ma voisine Tigui appeler au secours. J’ai dit sortons sinon ils vont nous tuer. C’est en ce moment que le gendarme m’a cognée avec un caillou et j’ai été transportée à l’hopital » a expliqué la victime. Le domicile de Mme Tigui Bobo Diallo a été investi par un groupe de six gendarmes, la famille épapillée par les agents de force de l’ordre. Ces derniers après avoir fait irruption dans les chambres, ont renversé matelas, ouvert, tiroirs et armoires à la recherche de l’argent. Ils auraient emporté la recette journalière de Mme Tigui Bobo Diallo qui se chiffre à 500 000 francs et son téléphone portable. Même chose chez sa colocataire Rouguiata, qui dit avoir perdu son téléphone et 150 000 francs. Sans compter les violences que les gendarmes auraient exercées sur les pauvres femmes. « Ils ont cassé les serrures des différentes portes, m’ont fouillée sans rien trouver. J’avais mon portefeuille et mon téléphone sur mon lit qu’ils ont pris. J’avais plus peur, en tant que vieille d’être violée que perdre mon argent. Je me suis enfuie laissant les gendarmes dans la maison » nous a déclaré Mme Tigui Bobo Diallo.

 

 

Les commentaires sont fermés.