Modern technology gives us many things.

Guinée-Bissau : Grève générale de cinq jours dans la fonction publique

bissau ville“Nous avons décidé de lancer à partir de ce lundi un mouvement qui va paralyser tout le pays jusqu’à vendredi. Cela fait trois mois que nous attendons nos salaires. Nous nous sommes montrés ouverts à toutes sortes de dialogue mais en vain. Le gouvernement ne semble pas intéressé à négocier avec les syndicats”, a affirmé à l’AFP le président de la Confédération générale des syndicats indépendants de Guinée-Bissau (CGSI-GB), Filomeno Cabral.
La CGSI-GB, formée essentiellement de fonctionnaires, est avec l’Union nationale des travailleurs de Guinée (UNTG), une organisation regroupant des agents du public et du privé, les syndicats à l’origine de ce mouvement appuyé selon eux par plusieurs travailleurs du privé.
“Tout le pays est à l’arrêt. Le mouvement est suivi à plus de 90% aussi bien dans la capitale qu’à l’intérieur du pays”, a indiqué Mario Soukouma, un responsable de l’UNTG.
Les transports étaient généralement à l’arrêt lundi à Bissau, l’administration, les commerces et les marchés fermés tandis que le service minimum était assuré dans les hôpitaux, selon un journaliste de l’AFP.
Le président de transition Manuel Serifo Nhamajo a convoqué une réunion du conseil national de concertation, un organe rattaché à la présidence et formé notamment de la Primature, de plusieurs ministères dont celui des Finances, de l’Assemblée nationale, pour “analyser la situation de grève générale dans la fonction publique et ouvrir des négociations avec les responsables syndicaux”.
La Guinée-Bissau, un des derniers pays au monde selon l’indice de développement humain (IDH) du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), connaît depuis son indépendance du Portugal en 1974, une instabilité chronique.
Elle a connu une succession de coups d’Etat avortés ou réussis, de mutineries et une guerre civile, en grande partie liée à l’hypertrophie de l’armée issue de la guerre pour l’indépendance.
Cette instabilité a déstabilisé son économie et y a attiré au fil des années les cartels de la drogue sud-américains, qui en ont fait une des plaques tournantes du trafic de cocaïne en Afrique de l’Ouest.

Les commentaires sont fermés.