Modern technology gives us many things.

Guerre au Mali : l’armée malienne donne l’assaut sur Kidal

mali violencesDes soldats maliens étaient en route mardi 4 juin vers la ville de Kidal, occupée par des rebelles du MNLA qui s’opposent à la présence de l’armée dans cette cité-bastion de la communauté touarègue.

L’heure de l’assaut de l’armée malienne sur Kidal a-t-elle sonné ? Rien n’est sûr mais mardi, plusieurs colonnes de soldats maliens étaient en route vers la ville de Kidal, à l’extrême nord du Mali, toujours occupée par des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

Ce mouvement de troupes en direction de Kidal intervient après l’expulsion ce week-end vers Gao de dizaines de membres des communautés noires de la ville par le MNLA.

« Pour le moment, il s’agit d’aller à Anefis en vue de préparer l’entrée à Kidal », a déclaré le porte-parole de l’armée, Souleymane Maïga. L’arrivée de soldats maliens à Anefis, localité située environ à mi-chemin entre Gao et Kidal, a été confirmée par des habitants. « Ils (les militaires maliens) sont en route vers Kidal et ils viennent d’arriver à Anefis en grand nombre et lourdement armés », a confié un habitant de cette localité située à 150 km au nord de Gao et à 200 km au sud de Kidal.

Le porte-parole de l’armée n’a pas souhaité préciser le nombre de soldats maliens envoyés pour reconquérir Kidal. Il a parlé de quatre « groupements tactiques interarmes » mobilisés pour y parvenir et « redéployés dans d’autres secteurs stratégiques » afin « de resserrer le dispositif autour de Kidal ».

Tièman Coulibaly hausse le ton

Le gouvernement malien a dénoncé une « épuration raciale » contre les populations noires à Kidal, et réaffirmé que la présence de l’armée malienne dans cette ville n’était « pas négociable » et interviendrait le plus vite possible avant le premier tour de l’élection présidentielle prévu le 28 juillet.

« Nous ne pouvons pas accepter que des Maliens soient pris en otages par des criminels », avait déclaré lundi le ministre malien des Affaires étrangères, Tièman Coulibaly, dans un entretien accordé à l’AFP à Paris. « L’armée va marcher sur Kidal », avait-il dit, ajoutant : « ce qui s’est passé à Kidal risque d’accélérer l’agenda ». De son côté, le MNLA a démenti toute « chasse aux Noirs », assurant rechercher des éléments « infiltrés » envoyés par les autorités maliennes. Selon le MNLA, plusieurs dizaines de personnes, dont un officier malien, ont été arrêtées par ses hommes à Kidal.

Ce mardi, un attentat suicide a par ailleurs ciblé la maison d’un chef militaire de la rébellion touarègue du MNLA à Kidal. L’explosion a tué le kamikaze et fait un blessé. D’après une source militaire, la maison visée était celle « d’un colonel du MNLA qui se prénomme Malick ». « Le kamikaze attendait quelqu’un dans la maison du colonel quand il a été surpris par des jeunes et a déclenché sa charge. Lui-même est mort et il y a un blessé », a ajouté cette source.

(Avec AFP)

Les commentaires sont fermés.