Modern technology gives us many things.

Grève des enseignants : l’Etat laisse encore pourrir

Les enseignants observent depuis quelques semaines un mouvement d’humeur qui va au débrayage à la grève générale en passant par la non surveillance des examens. Depuis lors, l’Etat, comme à son habitude, laisse pourrir jusqu’au dernier moment pour enfin se décider à parler de sauver l’année. Chaque année, c’est la même histoire. Il est temps que le gouvernement et les enseignants s’asseyent autour d’une table pour des négociations sérieuses. Il ne suffit pas de faire des promesses qu’on ne tiendra jamais, mais de tenir un langage de vérité aux enseignants. L’Etat devrait expliquer carrément ce qu’il peut faire point par point au lieu de signer des accords qu’il sait qu’il ne respectera jamais.

Un pays ne peut pas émerger si l’éducation de ses enfants est hypothéqué par des grèves permanentes. On ne peut plus savoir au Sénégal quand est-ce que l’année scolaire commence et quand est-ce qu’elle se termine. Les enfants sont tout le temps en retard sur leurs programmes. Et les cours de rattrapages organisés par certains professeurs pour les élèves en classe d’examen ne suffisent souvent pas à mettre les candidats à niveau. Dès lors, il n’est guère étonnant que les résultats des examens, que ce soit le Baccalauréat ou le BFEM, deviennent de plus en plus catastrophiques.

Certains ont même pris l’habitude d’acheter les épreuves. Le gros scandale des fuites au BAC de l’année dernière, le fameux concours des élèves-maîtres, le concours d’entrée à l’Ecole des Sous-officiers, entre autres, en sont la preuve. Il s’y ajoute la prolifération des écoles privées qui ne sont absolument pas une solution pour les pauvres gorgorlus. Si la population ne peut même pas compter sur l’Etat et les enseignants pour l’éducation de leurs enfants, vers qui doit-elle se tourner ?

Les commentaires sont fermés.