ghana joseph osei bonsuSuite aux rapports faisant étant de la demande sans cesse croissante de la vente de sperme au Ghana, les Évêques catholiques s’élèvent contre ce commerce moderne. Cette activité se répand dans les villes et plus précisément à Accra.

Pour Monseigneur Joseph Osei-Bonsu (photo), le président de la Conférence épiscopale des Evêques du Ghana qui s’est prononcé sur la question sur la radio Joy Fm à Accra, la vente des spermatozoïdes est contre les principes divins.

De l’objet de leur opposition à la promotion de ce commerce au Ghana, les Evêques estiment la procréation est le fruit de la rencontre d’un homme. Ils soutiennent par ailleurs qu’une femme ne peut concevoir seulement que dans le cadre du mariage.
De l’inquiétude des Evêques par rapport à cette pratique, ils ont relevé qu’en vendant le sperme, les auteurs sortent du cadre légal du mariage.

A propos de cette affaire, rappelons que Madame Nana Oye Lithur, le ministre ghanéen de la Famille et la protection sociale, a révélé en début août dernier que son ministère est préoccupé par le fait que des jeunes gens offrent leurs spermatozoïdes et leurs ovaires en échange de l’argent.

Dans le but de trouver une solution à ce problème, elle a fait savoir que son département essayera de réglementer la vente des spermatozoïdes et des ovaires dans le pays, seulement aucune date n’a été fixée.

Enfin en revenant sur les dessous de ce commerce, rappelons qu’une fois la transaction faite, les spermatozoïdes et les ovaires sont fécondés artificiellement dans les hôpitaux spécialisés afin de produire des enfants. Les bébés sont ensuite pris en charge et traités comme la progéniture des acheteurs.

PARTAGER