Modern technology gives us many things.

Gambie: «Si on doit mourir chez nous, on va mourir chez nous», selon Samsudeen Sarr

e chargé d’affaires de la Gambie aux Nations Unies ne badine. Sur la crise en Gambie, «la solution», selon les propres termes de Samsudeen Sarr, «c’est d’attendre que la Cour suprême se prononce».  «Parce qu’il faudrait que la Cour suprême nous départage», sert le Lieutenant-Colonel.

Pour lui, «il faut voir si ce que Yaya Jammeh a dit est vrai ou pas». «Mais déjà, on dit que la Cour suprême appartient à Yaya Jammeh», rage-t-il.

Interrogé par la Rfm, Samsudeen Sarr soutient: «Si vous voyez les chiffres que j’ai sous les yeux, vous verrez que Yaya Jammeh n’a pas perdu».

«La Commission électorale ne veut pas qu’on fasse le recomptage, la CEDEAO refuse qu’on recompte les voix. Qu’est-ce qu’ils veulent ?», fulmine-t-il.

Sur l’éventuelle intervention n Gambie des forces de la CEDEAO sous la houlette du Sénégal, le Lieutenant-Colonel fait dans la menace: «S’il y a guerre personne ne s’en sortira indemne».

«On retourne chez nous, on veut nous faire partir de force. On nous impose de quitter le pouvoir. On fera face. Si on doit mourir chez nous, on va mourir chez nous», déclare Samsudeen Sarr.

Pressafrik

Les commentaires sont fermés.