Modern technology gives us many things.

Gadio évite de parler du cas Karim Wade : ‘’voilà un sujet que je ne touche pas’’

gadio 3Dans un entretien à des confrères en Côte d’Ivoire, Cheikh Tidiane Gadio, l’ancien ministre des Affaires étrangères a éludé la question Karim Wade ; il évite d’en parler et surtout il ne prononce pas le prénom du Fils de Wade Par contre de ce dernier, il reconnaît certains points positifs et une sortie négative : « Voilà un sujet que je ne touche pas. Non, je ne touche pas. Pour moi, ce n’est pas ça qui est important. Ce qui est important, il y a un projet de lutte contre la corruption, de bonne gouvernance et tout ça. J’ai là aussi donné mon avis. Depuis longtemps, J’ai dit aux sénégalais que je l’aurai mené différemment. Je n’aurais pas l’impression que mon programme se réalise. Il y a des urgences qui ont besoin d’action, l’électricité, l’eau, l’éducation, la santé, à l’agriculture ; ce combat pour la bonne gouvernance est un combat important. Donc j’essaie d’équilibrer tous ces combats pour qu’il n’y ait pas de confusion. Mais quand vous me donnez le nom de quelqu’un, ce qui me gêne c’est que je ne vois pas ça à titre personnel, ça n’a rien de personnel. Je ne me prononce jamais sur le nom de ces personnes-là. J’ai rendu hommage au président Wade, pour ce qu’il a fait pour notre pays, j’ai regretté qu’il ait choisi cette sortie-là, je dis qu’il avait quand même contribué à apporter une vision pour l’Afrique et le Sénégal. Et designer les angles de développement de l’agriculture, les infrastructures, la santé, l’éducation, il a bien raison. Mais malheureusement politiquement sa gouvernance s’est mal terminée mais je ne pense pas qu’un homme soit un tout positif ou tout négatif. Je pense qu’il a fait du bien comme il a fait du tort comme tous les êtres humains mais ce qu’on doit retenir de lui c’est qu’il a essayé de faire pour son pays et comprendre que c’est un être humain avec ses faiblesses et ses erreurs. Mais je raisonne plus institution que personne »

Propos recueillis par Adam’s Régis Souaga

Les commentaires sont fermés.