Modern technology gives us many things.

Gabon/Libreville paralysé par un mouvement de grève des taxis

librevilleLes habitants de Libreville ont du mal à rallier leurs lieux de travail ce lundi en raison d’une grève de trois jours déclenchée par le Syndicat des transporteurs terrestres du Gabon pour dénoncer les contrôles ‘’intempestifs’’ dont ils seraient victimes de la part des policiers et des gendarmes, a-t-on constaté.


”Nous avons déclenché ce mouvement après avoir déposé un préavis de grève sur la table du ministre des Transports qui n’a pas daigné ouvrir les négociations. Alors nous sommes passés à l’acte ce matin et pour trois jours, c’est-à-dire jusqu’à mercredi prochain”, a déclaré le président du syndicat des transporteurs terrestre du Gabon, Jean Robert Menié.

Le mouvement est largement suivi par l’ensemble des transporteurs en commun qui ont simplement garé leurs véhicules.

En dépit du fait que la grève a été annoncée depuis la semaine dernière, les Librevillois ont été apparemment surpris par ce mouvement qui les a empêchés de vaquer à leurs occupations quotidiennes ce lundi matin.

Les taximen en ont après les forces de l’ordre qu’ils accusent d’outrepasser leurs prérogatives, en leur réclamant des sommes d’argent qui ne rentrent pas dans les caisses du trésor public.

Ce mouvement a aussi touché les zones périphériques de la capitale, où ce sont les transports dits clandestins ‘’clando” qui exercent. Ces derniers ont également respecté le mot d’ordre de grève du Syndicat.

Cette nouvelle grève des transporteurs en commun démontre au grand jour les insuffisances de la Société gabonaise de transport (SOGATRA) à couvrir l’ensemble du réseau routier de la capitale.

Société d’Etat, la SOGATRA n’arrive pas à assurer convenablement ses missions en raison d’un parc automobile insuffisant.

Pour transporter une population estimée à 700.000 personnes, la SOGATRA n’a pas plus d’une centaine de bus, indique-t-on.

Les commentaires sont fermés.