Modern technology gives us many things.

Gabon/Crimes rituels : La jeune Mira échappe de justesse à un assassinat

gabon miraQuel cas extrême attendent les dirigeants du Gabon pour prendre au sérieux le phénomène des crimes dits rituels, enlèvements et autres, pour entreprendre d’offrir à la population une protection sûre ? La jeune Mira Angue Mve qui a échappé à des sérial-ravisseurs, dans la soirée du 12 juin 2013, doit bien se le demander. Ses parents ont organisé une conférence de presse, le 13 juin, afin de livrer au public ce qui s’est passé.

Partie du domicile familial dans l’après-midi du 12 juin 2013 pour vaquer à ses activités ecclésiastiques, la jeune Mira Angué Mvé, 18 ans, a fait les frais d’un enlèvement organisé au quartier Okala, à la périphérie du premier arrondissement de la commune de Libreville, par une équipe de malfaiteurs de mèche avec un chauffeur de taxi.

Le procédé utilisé est toujours le même quand il s’agit d’un kidnapping organisé à l’aide d’un véhicule à usage commercial, selon des témoignages recueillis ici et là. «Quand tu empruntes une voiture pour une destination, le chauffeur et ses autres clients complices s’arrangent pour que tu sois installé entre deux personnes à l’arrière de la voiture car la place du devant est toujours occupée. Une fois la mise en place terminée, tu es conduit non pas à ta destination mais plutôt vers celle que veulent tes ravisseurs». Une stratégie qui aurait pu coûter la vie à la jeune Mira n’eût été la maladresse de l’un des ravisseurs.

«Je suis sortie de l’église à 19 heures, ma tante m’a accompagnée prendre un petit taxi comme d’habitude pour me rendre à la maison. Arrivée à destination j’ai demandé l’arrêt, le chauffeur n’a pas voulu exécuter ma demande, en se justifiant sous le prétexte selon lequel, il tourne encore. C’est comme ça que je lui ai dit comment tu tournes alors que moi, je suis déjà arrivée à destination?», a déclaré Mira tout effondré avant de décrire le dispositif à l’intérieur du véhicule «le chauffeur était accompagné de 3 de ses frères dont 2 dans les extrémités de la voiture et moi au milieu. L’un me prenait en photo pendant que l’autre m’injectait un produit. Aussitôt j’ai eu des vertiges et le troisième assis devant s’est tourné pour me ballonner la bouche».

Imperturbable dans l’exécution de leur projet macabre, la bande a continué à rouler jusqu’à ce qu’elle arrive au point de rendez-vous situé toujours dans le premier arrondissement de la commune de Libreville. Là-bas, il y avait une autre équipe qui veillait sur leur butin (d’autres filles, elles aussi kidnappées), selon le témoignage de Mlle Mira Angué Mvé.

«Nous sommes arrivés à un endroit où d’autres personnes nous attendaient. Un m’attrapait à l’arrivée pendant que le deuxième discutait avec le chauffeur et le troisième était au téléphone. Celui qui me tenait la main m’a conduit vers d’autres filles, elles aussi kidnappées certaines habillées et d’autre nues. Après, celui qui était chargé de veiller sur moi m’a laissé pour aller discuter avec son frère. Pendant ce temps je regardais à gauche et à droite pour voir dans quelle mesure je pourrai m’échapper. J’ai reconnu l’endroit pour avoir eu l’habitude de m’y rendre avec maman, j’ai pris le poudre d’escampette, je me suis mis à courir», a-t-elle déclaré dans son témoignage.

Afin d’empêcher leur victime de tout foutre en l’air au risque de se faire arrêter à la suite d’une quelconque dénonciation, le surveillant assermenté pour veiller sur Mira s’est aussitôt lancé à sa poursuite pour compromettre sa survie.

«Celui qui me surveillait s’est aussitôt lancé à ma poursuite pour me rattraper. Je me suis cachée un moment pour biper mon père qui m’a rappelé et m’a demandé ce qui se passait. Je lui ai dit que des bandits me poursuivaient. Il m’a demandé d’arrêter le téléphone pour ne pas attirer leur attention. Ce que j’ai d’ailleurs fait. Après être allé plus loin puis être revenu en arrière, le monsieur qui me poursuivait a dit à son complice une fois à mon niveau : «il faut que nous retrouvions cette fille, sinon, elle va tout faire rater». J’ai attendu qu’il soit un peu loin ensuite je suis sortie de ma cachette avant qu’ils ne reviennent et je me suis mise à courir de plus belle.

Il m’a aperçu et s’est relancé à ma poursuite, j’ai vu une quincaillerie, à côté duquel, il y a un raccourci que j’ai emprunté et je suis sortie à Okala Mikolongo où j’ai aperçu une dame, qui m’a demandé pourquoi je courrais ainsi ? Je lui ai dit que le monsieur qui venait derrière moi me poursuivait, en ce moment son mari est sorti avec un fusil et lorsque mon ravisseur a vu le monsieur et fusil il a fait demi-tour pour aller rejoindre les autres», a raconté la jeune gabonaise.

«Quand ma fille m’a appelé aux environs de 20h22, ma première réaction était cela d’appeler la police judiciaire (PJ) et quand je l’ai fait ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas de carburant et qu’ils étaient d’abord entrain de faire une passation de service pour la relève entre les équipes. J’ai insisté qu’ici l’affaire est grave, j’ai donné les coordonnés, mon nom, numéro de téléphone, le numéro de la victime pour qu’ils fassent le possible.

Ils m’ont demandé de monter à leur base. Par la suite j’ai appelé mes collègues qui n’ont pas hésité à venir me retrouver où j’étais et ensemble, nous sommes allés sur les lieux, nous avons fouillé mais en vain, plus rien n’y était. Avec le retard d’intervention, ils nous ont semés. Si la PJ avait vite réagi à mon appel, on les aurait rattrapé facilement», a fustigé Atsima Mvou Richard, père de la jeune fille.

N’eût été le courage du monsieur armé d’un fusil, la jeune Mira serait aujourd’hui portée disparu et pourquoi pas déjà mutilé pendant que nos forces de défense dorment sur leur laurier en attendant qu’un particulier songe à les ravitailler en carburant, perpétuelle raison quand il s’agit d’un appel ne portant pas sur une importante somme d’argent ou concernant quelqu’un d’important. (Gabon Review 14/06/2013)

Les commentaires sont fermés.