Modern technology gives us many things.

Gabon : Crimes Rituels : Plusieurs hommes politiques dans le viseur de la Justice

Plusieurs personnalités politiques très influentes vont être entendues dans les jours qui suivent par la justice. Celles-ci devraient renseigner les autorités judiciaires au sujet de leur implication ou non dans les affaires dites de crimes de sang.

gabon crimes rituelsL’affaire dite des crimes rituels est loin d’être terminée. S’il est vrai que le phénomène tant à s’amplifier depuis la marche pacifique du 11 Mai dernier au regard de la multiplicité des découvertes macabres ou tentatives d’enlèvement, la justice gabonaise sensibilisée dernièrement par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, pour donner une suite aux affaires restées jusqu’ici sans suite réelle, semble réagir de manière positive à cette invite du Chef de l’Etat.

En effet, après l’audition mardi dernier du Ministre délégué au Budget et à la Fonction publique, Raphaël Ngazouzé, cité dans l’assassinat d’Amadou Yogno, un sujet camerounais assassiné froidement à Ndjolé au centre du Gabon, d’autres personnalités seront entendues cette semaine pour les mêmes faits.

Parmi ces derniers figurent entre autres, le ministre de la Santé, Léon Nzouba, l’ancien ambassadeur Jean Mindoumbi, les anciens ministres Sylvain Momouadjambo, Pascal Désiré Missongo, Rigobert Ikambouayat Ndeka et Martin Mabala, le sénateur de Boué, Thomas Melliong, le député de Boué, Raymond Ngombella pour ne citer que celles là.

Il est à ajouter à la suite de cette liste de sénateurs, celui de Kango, Gabriel Eyeghé Ekomi toujours en liberté provisoire en entendant les conclusions de l’instruction. Mais aussi, celui de l’ancien ministre Charles Mba, s’étant lui-même rendu devant le juge après avoir été cité dans une affaire de crime à Oyem au Nord du Gabon ayant donné quitus pour la levé de son immunité parlementaire.

Quoique ayant été citées dans des affaires de crimes de sang, l’ensemble de ces personnalités bénéficient de la présomption d’innocence car n’étant formellement inculpées devant un tribunal.

Aussi, au regard du déroulement des faits sus évoqués, l’audience publique du ministre délégué au Budget dont la culpabilité reste à établir, semble se heurter à un préjudice des droits de la défense tel que énoncé dans l’article 12 du code de procédure pénale en Gabon.

Cependant, si l’audition du ministre délégué au Budget s’est faite dans les normes puisque s’appuyant sur les dispositions de l’article 486 du code de procédure pénale qui stipule que « lorsque la comparution n’a pas été demandée ou autorisée, la déposition est reçue par écrit dans la mesure du témoin par le président de la Cour d’appel ou le magistrat désigné ».

A la suite de ce qui précède, reste que la diffusion par voie de presse des images présentant le témoin ne cadre pas avec les dispositions de l’article 12 en son alinéa 3 qui indique que « les autorités de police judiciaire jusqu’à l’ouverture de l’instruction et les autorités judiciaires postérieurement à celles-ci ; peuvent être autorisées respectivement par les ministres dont elles relèvent à diffuser par voie de presse écrite ou audiovisuelle certains renseignements de nature à favoriser la recherche de la vérité ou à rectifier des erreurs notoirement répandues dans l’opinion publique, à l’exclusion de toute autre information sur les procédures en cours ».

A la lecture de cette disposition, l’on se demande quelles sont les erreurs répandues dans l’opinion qui ont amené la justice à tirer à boulet rouge sur le ministre Ngazouzé ?

Les commentaires sont fermés.