Modern technology gives us many things.

Gabon: Ali Bongo installe des caméras de surveillance dans les bas quartiers de la capitale

librevilleAvis aux délinquants et bandits qui écument les différents quartiers de la capitale gabonaise et des villes des provinces, le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a recommandé le renforcement des mesures de sécurité, avec notamment l’installation des caméras de surveillance jusqu’aux fins fonds des quartiers les plus reculés. L’annonce a été faite le 17 Mai 2013 par le Porte-parole de la Présidence de la République, Alain Claude Bilié Bi Nze.

En effet, la majorité des crimes étant commis nuitamment et sans témoins oculaires, dans les coins reclus des quartiers, les caméras de surveillance viendraient sécuriser ces zones, dans lesquels il deviendrait suicidaire, si ce n’est absurde de commettre ou de tenter de commettre un crime, puisque les auteurs seraient de suite identifiés et traqués par les officier de police judiciaire.

Cette mesure serait donc préventive. Mais elle serait d’un apport plus que déterminant dans les enquêtes criminelles et la recherche des bandits, car le coupable serait connu d’avance. Il ne resterait plus que son arrestation.

Ces caméras de surveillance qui viendraient en plus pallier les cas d’absence, menace ou intimidation de témoins, ont néanmoins un coût. Lorsqu’on sait que l’insécurité sévit dans tout le Gabon où l’on dénombre entre autres crimes, les cas de crimes de sang ou dits rituels, il y aurait donc besoin d’un grand nombre de cameras pour quadriller tous les villes et quartiers du pays. Mais le Gabon est un petit pays, c’est donc possible.

En plus d’être vraiment efficace dans les enquêtes criminelles, les caméras de surveillance ont donc en outre, un rôle de dissuasion des criminelles, qui se décourageront forcement de commettre des crimes dans certaines zones par crainte d’être filmé en plein action.

Ce d’autant plus que, pour le principe sécuritaire ces caméras de surveillance sont placés discrètement, de sorte que normalement le délinquant ne sait pas à quels endroits du quartier se trouvent les caméras. Il va donc éviter de commettre des crimes dans le quartier par la seule conscience qu’il devrait y avoir des caméras de surveillance dans les parages.

Par ailleurs, l’installation des caméras de surveillance pour raison de sécurité justifierait donc la restriction des droits individuels qu’elle induirait, comme par une sorte de motif supérieur d’ordre sécuritaire ou d’ordre public.

Le citoyen ne pourra donc pas pouvoir évoquer valablement son droit de refuser d’être filmé sachant que son image prise dans ces lieux ne saurait être exploitée à quelque fin de commerce ou d’atteinte à la vie privée. Ces caméras devant être installés dans les lieux publics.

Et même, pour des caméras de surveillance braqué ou positionné ou qui couvrirait des entrées de domicile où même des concessions de certains particuliers, ceux-ci bénéficieraient là de vidéo surveillance gratis parce qu’aux frais de l’Etat. Ce qui est toujours bon à prendre quand on sait que certains particuliers dépensent des fortunes pour se faire installer un système de vidéo surveillance à domicile.

Pourvu que l’idée du Chef de l’Etat voit le jour dans un avenir proche comme s’inscrivant aussi dans le cadre du renforcement des moyens d’investigation des forces de sécurité, notamment par la police scientifique. A l’égard de ces caméras de surveillance des rues, on peut même parler de police technologique.

En effet, il est évident qu’à défaut de collaborer avec le service ou la société en charge de la gestion de ces caméras de surveillance, les officiers de police judicaire et le parquet et donc les services de justice, de sécurité et de défense pourraient se voir confier la gestion de ces équipements de sécurisation des villes contre les crimes et délits.

Et pour la justice, les films et bandes d’enregistrement des caméras de surveillances, sont des modes de preuve recevables devant les cours et tribunaux.

On aurait ainsi des procès dont l’issue dépendrait presque totalement des enregistrements ou films des caméras de surveillance, ce qui ajouterait à la célérité de la justice, jusque-là victime du temps nécessaire à la recherche des preuves et pièces à conviction.

(Infos Gabon 27/05/2013)

 

Les commentaires sont fermés.