inculpations
Serigne Bassirou Gueye, Procureur de la République du Sénégal

Devant la presse, hier, au Palais de Justice, le procureur de la République a abordé la question des fuites au Baccalauréat 2017. Et c’est pour renseigner que l’enquête conjointe menée par les commissariats de Dakar-Plateau, Tivaouane, Diourbel, entre autres, a conduit à l’arrestation de 42 personnes. Au total, ce sont trois professeurs, un proviseur, trois agents de l’Office du Bac, 23 candidats et même trois autres candidats de 2016 accusés d’avoir eu le Bac en ayant recours à la fraude, qui ont été appréhendés suite à l’ouverture d’une information judiciaire. Et, il a été démontré qu’effectivement les auteurs ont usé du réseau social WhatsApp pour se partager les épreuves.

Selon Serigne Bassirou Guèye, l’équipe des enquêteurs a cerné les contours de la fraude. et, il ressort de leurs investigations que les épreuves étaient vendues entre 25 000 et 500 000 FCfa. Les personnes arrêtées sont donc poursuivies pour association de malfaiteurs, fraude, escroquerie, obtention d’avantages indues et complicité de ces chefs d’accusation. Ainsi, sur les 42 personnes inculpées, le procureur a requis des mandats de dépôt pour 16 d’entre-elles.

Interrogé sur l’implication d’autorités de la République sur cette vaste fraude, Serigne Bassirou Guèye a laconiquement évacué la question en indiquant qu’à ce stade aucune autorité n’a été épinglée dans cette affaire pour la bonne raison qu’il n’en connait pas une seule qui fasse le Bac. Ainsi donc, l’enquête suit son cours et ce sont les juges qui vont déterminer la suite à donner à cette affaire de fuites qui n’a pas encore fini de défrayer la chronique.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here