Modern technology gives us many things.

François Hollande répare les erreurs de la France au Sénégal

Lorsque Léopold Sédar Senghor est mort le 20 décembre 2001 à Vernon, en Normandie, la France lui a rendu hommage, mais aucun haut personnage de l’Etat, ni le président, Jacques Chirac, ni le premier ministre, Lionel Jospin, ne s’était rendu, le 29 décembre, à ses obsèques à Dakar. Les Sénégalais en avaient été profondément blessés. « J’ai honte de la petitesse de la France », s’était écrié, en écho, Erik Orsenna, l’ex-plume de François Mitterrand.
« RECONNAISSANCE ET GRATITUDE »
Treize années plus tard, François Hollande, en marge du sommet de la francophonie organisé dans la capitale sénégalaise les 29 et 30 novembre, a réparé cette faute. Il s’est recueilli, samedi, devant la tombe de celui qui fut aussi prisonnier de guerre des Allemands entre 1940 et 1942, en tant que fantassin d’un régiment colonial, ministre du général de Gaulle, grammairien de la Constitution française et membre de l’Académie française.
« Au nom de l’ensemble de mes prédécesseurs et du peuple français, il était important que je vienne dire ce que nous avons comme reconnaissance et gratitude à l’égard du président Senghor », a déclaré François Hollande, devant lafamille du défunt et aux côtés du nouveau secrétaire d’Etat aux anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, nommé à la suite de la démission de Kader Arif.

Les commentaires sont fermés.