Modern technology gives us many things.

France/Il rate son suicide sur les voies, la SNCF l’attaque

métroUn jeune homme qui a tenté de commettre un acte de désespoir sur les voies de la ligne Mantes-la-Jolie – Paris-Saint-Lazare est aujourd’hui poursuivi par la SNCF, relate Le Parisien.

À 22 ans, le jeune a voulu en finir avec la vie lundi en se jetant sur la voie ferrée à hauteur de la gare des Mureaux dans les Yvelines. Sauvé in extremis, celui-ci a néanmoins perturbé le trafic des chemins de fer français.

Prison et lourde amende
Exaspérée par les retards provoqués par les indélicats qui choisissent ses lignes pour mettre fin à leurs jours, la SNCF a décidé d’agir: elle poursuivra en justice le jeune homme suicidaire. Il risque deux ans de prison et une amende de 4.500 euros.

Cette démarche n’est pas nouvelle. Car fin 2012, la SNCF faisait un cruel constat: on dénombrait pas moins de deux suicides par jour sur les voies françaises en octobre. Au-delà du drame humain inhérent à ces chiffres, ces actes sont aussi catastrophiques pour la qualité du service des chemins de fer.

2h27 minimum
La SNCF faisait ainsi état, toujours dans le Parisien, d’une augmentation de 30% des suicides enregistrés par la compagnie. Soit plus de 400 en 2012. Conséquences pour la circulation ferroviaire? Plus de 1.600 trains touchés, 253 autres supprimés et 943 heures de retard au total. En moyenne, il faut compter pas moins de 2h27 pour que le trafic puisse reprendre après ce que l’on appelle un “accident de personne”. Certains week-ends d’affluence, ces gestes désespérés ont un impact exponentiel sur les retards dans les gares. Forcément, tout ceci a un coût.

Dans une vague tentative de dissuasion, la SNCF se retourne donc sur les suicidaires survivants qui ont, sinon mis en péril la sécurité des voyageurs, condamné le bon déroulement du trafic ferroviaire.

En Belgique aussi
Côté belge, le problème est sensiblement le même, toutes proportions gardées vu la taille du territoire et l’étendue du réseau. Quoique. En 2012, 1.260 heures de retard ont été accumulées en raison des 102 suicides et 98 tentatives de suicide sur nos voies. Ces derniers sont à l’origine de 3,6% des retards à la SNCB. Une brève comparaison permet de constater que la Belgique gère les retards dûs à ce type d’accidents dramatiques bien moins rapidement que sa voisine française.

L’augmentation des suicides sur le réseau ferroviaire a par contre subi une augmentation moindre qu’en France, puisqu’elle est de 15% en Belgique contre les 30% déplorés par la SNCF. La SNCB a estimé le coût de ces accidents de personnes à plus de 530.000 euros en 2012.

Les commentaires sont fermés.