Modern technology gives us many things.

France/Football: les 5 défis de Laurent Blanc, nouvel entraîneur du PSG

laurent blancL’ancien sélectionneur des Bleus, dont la signature au PSG est annoncée par BeIn Sport, arriverait avec l’image d’une roue de secours. Il aura plusieurs missions à remplir pour convaincre de son utilité
On peut avoir été un très grand footballeur, avoir fini champion de France dès sa deuxième saison en tant qu’entraîneur, présenté un bilan très respectable comme sélectionneur des Bleus, être capable de produire du beau jeu mais ne pas faire l’unanimité.

La nomination annoncée de Laurent Blanc comme nouveau coach du PSG a de quoi exciter les sceptiques parce que :

·        les dirigeants parisiens ne l’ont jamais désigné comme leur premier choix ;

·        ses expériences à Bordeaux et en équipe de France se sont mal terminées ;

·        sa personnalité gêne, parfois jugée hautaine et suffisante ;

·        son image a été écornée par l’affaire des quotas et le chaos dans le vestiaire des Bleus à l’Euro.

Jeune entraîneur – il va démarrer sa quatrième saison à la tête d’un club – Laurent Blanc, 47 ans, peut pourtant réussir au PSG. A condition de relever cinq défis.

1. Redorer son image et faire oublier la fin de l’Euro

Il y a un peu plus d’un an, Laurent Blanc était présenté comme un génie, chouchouté par les journalistes, convaincant en équipe de France par le jeu déployé et les résultats.

Alors que l’Euro allait débuter, les Bleus étaient invaincus depuis 21 matches et l’entente entre Ribéry et Benzema – qui marquait souvent à l’époque – laissait entrevoir plein de promesses.

La fin du séjour de Blanc à Bordeaux est alors oubliée, on se dit que c’était la faute à pas de chance, aux blessures de joueurs majeurs, à la fin d’un cycle, une rupture psychologique face à laquelle il ne pouvait rien faire. Ses phrases révélées par Mediapart – “Qu’est-ce qu’il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les Blacks. C’est comme ça” – sont mises sur le compte d’une maladresse. On lui pardonnait tout.

En enchaînant deux défaites contre la Suède puis l’Espagne en quarts, et surtout en ne parvenant pas à éviter les dérapages de ses joueurs – les bouderies de Ben Arfa, les insultes de Nasri et Ménez – Blanc a liquidé tout son crédit.

On croyait que le charisme acquis pendant sa grande carrière de footballeur suffirait à obtenir l’obéissance de son équipe. Apparemment pas. Du jour au lendemain, le sélectionneur, qui quitte son poste dans la foulée, est présenté comme un faible et un perdant. Ses défauts, à peine évoqués auparavant, se retrouvent exagérés : il serait hautain, pas assez travailleur.

Cette réputation lui colle à la peau. Il y a quelques semaines, dans “L’Equipe”, il est sommé de faire son autocritique :

“Oui, je vais être un entraîneur différent. Je serai encore plus exigeant avec les joueurs.”

Ou encore :

“En sélection, j’aurais pu m’investir davantage auprès de la DTN, je peux le concevoir.”

2. Partager le pouvoir avec Leonardo et les Qataris

Pour travailler dans ce nouveau PSG, il faut accepter de se délester de certaines prérogatives. Leonardo est un directeur sportif qui prend de la place, s’occupe des transferts et a son mot à dire sur toutes les grandes orientations sportives. Au-dessus, il y a les dirigeants qataris dont l’impatience a usé les nerfs d’Ancelotti.

Le coach italien avait le profil idéal pour gérer tout ça : un grand entraîneur habitué à ne pas déborder de son rôle et à tolérer les intrusions. A Milan, il avait appris à supporter la présence de Silvio Berlusconi, qui n’hésitait pas à lui suggérer des compositions d’équipe.

Laurent Blanc, au contraire, a la réputation d’être inflexible et de mal supporter l’autorité. Ses anciens supérieurs ne le regrettent pas. A Bordeaux, son président Jean-Louis Triaud le trouvait un peu cossard et impossible à joindre au téléphone.

Le président de la Fédération française de foot, Noël Le Graët, regrette d’avoir trop peu échangé avec lui alors qu’il dîne régulièrement avec Didier Deschamps, son successeur.

Auteur d’une biographie de Blanc, “La face cachée du président”, Arnaud Ramsay dresse le portrait d’une diva, susceptible et parfois hautaine.

Blanc est un entraîneur qui prend de la hauteur. A Bordeaux, il jouait presque le rôle de manager, laissant les entraînements et le travail quotidien à son adjoint Jean-Louis Gasset qui devrait le suivre à Paris.

Pour travailler sereinement à Paris, Blanc va devoir apprendre à partager.

3. Attirer des grands joueurs

Auparavant, on pouvait se dire que la présence de Carlo Ancelotti à Paris suffisait à attirer des grands joueurs. Ces derniers mois, les stars du PSG ont souvent répété leur privilège de travailler avec un si grand coach et leur tristesse de le voir partir. Ibrahimovic à TF1 :

Quand on me demande quel sera mon avenir si Carlo s’en va, je n’en sais rien, ce n’est pas facile. […] Je ne veux pas que l’entraîneur parte. Je trouve qu’il a fait un travail fantastique.

C’est l’homme idéal pour le projet, parce qu’il a de très bonnes relations avec le groupe. J’ai eu de grands entraîneurs, mais jamais un qui avait de telles relations avec ses joueurs.”

Laurent Blanc n’a pas cette aura. On peut imaginer qu’entre le Chelsea de Mourinho et le PSG de Blanc, le coeur d’un Rooney ou Cavani penche en faveur de l’entraîneur le plus fameux.

Mais on peut aussi imaginer que ce critère ne compte que dans la tête des journalistes : le PSG a toujours autant d’argent à offrir et d’ambitions à promettre.

4. Gérer un vestiaire

Laurent Blanc a la réputation de laisser beaucoup de responsabilités à ses joueurs. Revers de la médaille pour ces derniers : quand l’équipe se plante, c’est de leur faute. Et il n’hésite pas à le dire à la presse, en montrant du doigt les individualités défaillantes.

Avec Laurent Blanc, les Parisiens doivent s’attendre à un management franc, zen et distant.Trop ? Lorsque le paquebot girondin a coulé au printemps 2010, on lui a reproché de jouer du violon. Même chose lors des combats de coqs dans le vestiaire des Bleus, à l’Euro 2012 : le sélectionneur se serait tenu à l’écart de la mêlée, comme sidéré par la scène qui se déroulait sous ses yeux.

Il n’y a pas de “bonne méthode” pour gérer un vestiaire. Celle de Blanc est la même que Sir Alex Ferguson, son entraîneur à Manchester United : place à l’autogestion. A en croire son expérience de sélectionneur, le Français n’en a pas saisi toutes les subtilités.

A Paris, il aura l’avantage de ne pas retrouver les rebelles sans cause qui l’ont décontenancé en équipe de France : Jérémy Ménez est sur le départ. Mais il se retrouvera au quotidien face à des stars qui refusaient a priori d’être dirigés par un entraîneur sans galon sur le costard, et dont on aimerait voir la tête quand Jean-Louis Gasset – ancien adjoint de Luis Fernandez au PSG – leur présentera la séance du jour.

Enfin, Laurent Blanc n’a jamais eu à ménager les susceptibilités d’internationaux se retrouvant sur le banc, comme c’est le cas de plusieurs joueurs parisiens.

5. Briller en Ligue des champions

Laurent Blanc a déjà gagné le championnat de France avec Bordeaux. A l’époque, il se voyait déjà prendre un banc en cuir dans un club prestigieux, mais prestigieux ne s’écrivait pas en français. Alors le Cévenol disait, modeste :

Logiquement, une expérience à l’étranger suivra ce que je vis à Bordeaux.”

La seule chose qui reste de français au PSG étant son adresse postale, Blanc accomplit un peu son rêve. Il pourra même parler anglais au jardinier et italien au manager. Les moyens et les ambitions du PSG sont ceux d’un club européen, et Paris ne pense plus qu’à cette échelle.

Blanc n’affiche certes pas le même palmarès européen que Carlo Ancelotti, qui arrivait avec deux Ligues des champions sur sa fiche Wikipedia. Mais après tout, l’entraîneur rêvé de Nasser al-Khelaïfi, Arsène Wenger, ne l’a jamais gagnée et deux des coachs ayant décliné le job (Villas-Boas, Laudrup) n’avaient qu’une expérience minime de la compétition.

Avec Bordeaux, Laurent Blanc avait dompté le Bayern Munich et la Juventus Turin en 2008 – avant de se faire sortir par Lyon en quart de finale, ce qui est un peu vexant. Ses joueurs, des bleus de la C1 pour la plupart, soulignaient alors qu’il les aidait beaucoup par son approche des matches de très haut niveau. Alou Diarra :

Quoi qu’on dise, en Ligue des champions, il y a une différence de talents et de moyens qui ne joue pas en notre faveur. Blanc nous a appris à passer par-dessus ça.”

L’ancien joueur de l’Inter Milan, Barcelone et Manchester United – entre autres – a disputé 57 matches de Coupe d’Europe dont la moitié de Ligue des champions.

Et après tout, il faut bien commencer quelque part. Guus Hiddink (PSV Eindhoven 1988), Vicente Del Bosque (Real Madrid 2000) ou Roberto Di Matteo (Chelsea 2012), entre autres, ont bien remporté la Ligue des Champions à leur première tentative.

Les commentaires sont fermés.