Modern technology gives us many things.

France: Leonarda, la gamine qui a mis Hollande en déroute

 leonardaLes paroles du chef de l’État se voulaient apaisantes : elle ont déclenché une bronca révélant une nouvelle fois l’absence de cap de l’exécutif.

Le président a “tranché”.  Léonarda peut rentrer. Mais seule. Une nouvelle demi-décision, entre chèvre et chou, qui a déclenché la fureur de la gauche et des associations, et suscite moqueries et quolibets à droite. En un mot : un désastre ! Comment une gamine de 15 ans a-t-elle pu mettre ainsi l’exécutif dans une telle panade ? D’ici à la fin de l’année, quelque 18 000 personnes seront expulsées de France, cela équivaut à une cinquantaine de reconduites à la frontière par jour ! On ignore que cinquante fois par jour les lycéens décident de descendre dans la rue, qu’un ministre de l’Intérieur soit amené à écourter un déplacement ou qu’un président de la République soit contraint de faire jouer le fait du prince…

Car le rapport de l’Inspection générale de l’administration l’a confirmé : dans cette affaire, tout est banal. Seul un petit grain de sable a perturbé la mécanique. Le 9 octobre, quand la collégienne est interpellée lors d’une sortie scolaire, les policiers ont déjà investi le logement provisoire de sa famille où sont présents la mère et les cinq autres enfants Dibrani. Parmi eux, Maria, 17 ans, elle aussi scolarisée au lycée professionnel en première année de CAP. Le père, lui, a déjà été expulsé la veille. Bref, pour les policiers, c’est le dilemme : une circulaire recommande d’expulser les familles ensemble. Mais une autre circulaire de 2005, édictée par… Nicolas Sarkozy, leur recommande d’éviter les interventions en milieu scolaire ou aux abords d’une école. Contrairement à François Hollande, les policiers, eux, doivent agir et donc choisir. Ils vont chercher la gamine, accompagnés d’un membre de Réseau éducation sans frontières.

Spin doctors

Cette intervention est rendue publique le 15 octobre. Elle déclenche immédiatement une tempête politique et médiatique, où, une nouvelle fois, l’exécutif se déchire, tandis que l’Élysée fait le gros dos. Valls, attaqué de toute part, résiste puis diligente une enquête sur les conditions de l’expulsion. Ses conclusions tombent samedi matin, blanchissent le préfet et confirment ce que chacun sait. “La décision d’éloigner la famille Dibrani est justifiée en droit. (…) Essentiellement focalisées sur l’objectif de parvenir à regrouper la famille et de ramener la jeune fille auprès de sa mère, l’attention des forces de l’ordre n’a pas été éveillée par le fait que Leonarda Dibrani se trouve dans un bus dans le cadre d’une sortie scolaire. Elles n’ont pas pris la mesure des enjeux que représenterait une intervention pour interrompre cette sortie”, ni “évalué les conséquences possibles”, et, “en ce sens, elles n’ont pas fait preuve du discernement nécessaire.” Il faudra à l’avenir songer à doter les patrouilles des forces de l’ordre de spin doctors afin de bien mesurer les conséquences possibles de leurs interventions…

Pervers

Mais Hollande ? A-t-il des conseillers ? s’interroge samedi Twitter. Car face aux conclusions de ce rapport, face au profil de cette famille, dont le père, fort peu sympathique, fait, apprend-on d’Italie, mendier ses enfants, face à un sondage où deux tiers des Français se déclarent opposés au retour des Dibrani, le président était dans l’embarras. Il a donc choisi, comme à son habitude, de couper la poire en deux : si elle le souhaite, Leonarda rentrera poursuivre sa scolarité, mais seule. Ce qu’évidemment la gamine de 15 ans, interrogée par les journalistes, a immédiatement refusé.

Les associations et la gauche se récrient. Twitter gronde : Hollande est-il un grand pervers pour demander à cette adolescente de choisir entre la France et sa famille ? Sur le réseau social, ce type de décision porte un nom, en trois lettres : WTF, l’acronyme de What the fuck. En bon français, cela signifie : c’est quoi, ce bordel ?

 

Les commentaires sont fermés.