Modern technology gives us many things.

France : Il tue sa compagne, la découpe en morceaux et demande a être condamné à perpétuité !

JUSTICE – Jugé pour le meurtre, en janvier 2012, de sa compagne, âgée de 21 ans, Fabien Souvigné a formulé une demande insolite mercredi à Dijon. L’accusé a réclamé d’être « condamné à perpétuité ». Une demande à laquelle n’a pas accédé la cour, qui l’a condamné à 22 ans de prison.

 corps découpé

Audience mouvementée ce mercredi à la cour d’assises de Côte-d’Or, où Fabien Souvigné est jugé pour le meurtre présumé de Marion Bouchard.

C’est une scène peu habituelle qui s’est déroulée mercredi devant la cour d’assises de Côte-d’Or, à Dijon. Jugé depuis lundi pour le meurtre particulièrement violent de sa compagne, Fabien Souvigné, 26 ans, a demandé à plusieurs reprises d’être « condamné à perpétuité ». « Pour ce que j’ai fait à Marion, pour la souffrance que je fais subir à sa famille et pour que plus jamais je ne puisse faire de mal à quelqu’un, je demande à ce que la cour me condamne à perpétuité », a lancé l’accusé à la surprise de son avocat. Un « signe de fatigue, un renoncement », relevant d’une « espèce de fuite en avant », a tenté par la suite d’argumenter Me Emmanuel Touraille.

« La chronique d’une catastrophe annoncée »

Mais, même dans ce sens-là, ce n’est pas aux accusés de dicter le verdict à la cour. Fabien Souvigné l’a appris à ses dépens. Au terme des délibérations, ce dernier a été condamné à 22 ans de réclusion criminelle. « C’est honteux », s’est exclamée la mère de la victime à l’énoncé du verdict, alors que l’avocat général avait requis dans l’après-midi 30 ans de prison à l’encontre du jeune homme. Un réquisitoire durant lequel le magistrat avait décrit « la chronique d’une catastrophe annoncée » au regard de la « violence » de l’accusé et de sa consommation d’alcool et de stupéfiants.

Le drame s’était noué dans la nuit du 15 au 16 janvier 2012, au cours d’une dispute qui avait dégénéré. Marion Bouchard, 21 ans, avait été étranglée et son corps laissé sans vie dans l’appartement, jusqu’à ce que son compagnon le découpe en trois morceaux, quelques jours après sa mort. Sur indications de Fabien Souvigné, les policiers avaient pu retrouver les restes de la jeune femme disséminés dans différents endroits à Dijon.

Les commentaires sont fermés.