Modern technology gives us many things.

Le FPDR fustige la violence du gouvernement

L’opposition s’apitoie sur son sort après avoir été sévèrement réprimé par le régime lors de leur sit-in avorté vendredi à la place Washington. La conférence des leaders du Front patriotique pour la défense de la République (FPDR-opposition) qui s’est réunie hier a fustigé la répression « violente » de cette manifestation. Rappelant que le rassemblement était pacifique et déclarée, les membres du FPDR ont ainsi condamné l’utilisation sans retenue de grenades lacrymogènes en violation totale des règles d’engagement en la matière. Non sans exprimer sa solidarité avec le personnel, les élèves et les parents d’élèves de l’école élémentaire Mame Yacine Diagne, victimes de l’utilisation abusive des gaz lacrymogènes, et exige l’ouverture d’une enquête indépendante, ainsi que l’identification et la sanction des coupables. Decroix et Cie soutiennent que le prétexte du prétendu respect de l’arrêté Ousmane Ngom ne saurait prospérer puisque les militants du parti au pouvoir organisent régulièrement des manifestations politiques au centre-ville, « la dernière ayant été la protestation des partisans du frère du président Sall après l’annonce de sa non investiture sur les listes de BBY ». Ils soutiennent que c’est à la place Washington et non ailleurs que les élections sont organisées. « C’est là-bas que nous devons et que nous allons manifester. Macky Sall doit en prendre acte une fois pour toutes », ont-ils défendu.

Les commentaires sont fermés.