Modern technology gives us many things.

Forum économique d’Abuja : Macky Sall confiant en l’avenir de l’Afrique

Le président de la République, Macky Sall, a regagné Dakar, hier, après une participation au Forum économique mondial d’Abuja, au Nigéria, aux côtés de plusieurs hautes personnalités dont des chefs d’Etat. « Nous parlerons d’une autre Afrique en 2063 », a indiqué le président Sall qui a pris part à un panel de haut niveau.

Le président de la République s’est dit confiant en l’avenir du continent. Au cours de ce Forum d’Abuja, les panélistes ont passé en revue les défis auxquels l’Afrique est confrontée. Ils ont regretté la perception que les analystes ont du continent qui est sur la bonne voie. Selon le chef de l’Etat sénégalais, en dehors de la pauvreté, le continent fait face à plusieurs difficultés. « Il est sorti de l’esclavage, de la colonisation et travaille aujourd’hui pour son indépendance et son développement », a reconnu Macky Sall.

Pour le président Sall, l’éducation, la santé, les infrastructures, etc. sont autant de défis auxquels l’Afrique fait face, en plus du terrorisme qui appelle beaucoup de moyens, de la solidarité et une bonne coopération entre les Etats. Il a cité le cas du Nigéria qui, malgré sa puissance militaire, est aujourd’hui confronté à ce phénomène du terrorisme. « Nous parlerons d’une autre Afrique en 2063 », a lancé Macky Sall au forum d’Abuja ajoutant que « la sécurité et la paix sont les bases du développement ».

S’expliquant sur le cas du Sénégal, le président de la République a martelé que l’éducation est un secteur transversal et notre pays y a beaucoup investi pour assurer la scolarisation universelle, voire une discrimination positive pour les filles. Aujourd’hui, a soutenu le président de la République, il faut améliorer la qualité de l’éducation, garantir l’équité et la transparence. Il est d’avis qu’il faut renverser la tendance avec une meilleure prise en compte de l’enseignement technique et la formation professionnelle. Selon lui, face aux secteurs porteurs de croissance comme l’agriculture et l’industrialisation, il faut diversifier l’expertise pour disposer de ressources humaines de qualité. « Si vous avez des ressources naturelles sans avoir des ressources humaines qualifiées, d’autres viendront les exploiter », a encore dit le chef de l’Etat.

Les commentaires sont fermés.