Modern technology gives us many things.

Fillon au Sénégal, Dati au Congo, Copé au Gabon : ils sont dans les couloirs des présidences africaines

fillon dati copéL’ancien Premier ministre français, François Fillon, et l’ex-secrétaire d’État au Commerce extérieur, Pierre Lellouche, sont au Sénégal les 27 et 28 novembre avant de poursuivre leur périple en Côte d’Ivoire. Le genre de mini-tournée africaine dont les membres de la classe politique française sont coutumiers. Le peu d’appétence des socialistes pour les fameux réseaux françafricains et la nostalgie de certains chefs d’État du continent pour cette époque récente où les relations personnalisées tenaient lieu de sésame politique ont ouvert un boulevard aux ténors de l’Union pour un mouvement populaire (UMP). Qu’ils vendent leurs conseils, représentent des sociétés privées, participent à des conférences rémunérées ou promeuvent leur propre destin national, ils sont nombreux à arpenter l’ex-pré carré francophone.

Alors que l’ancien Premier ministre, François Fillon, s’est envolé le 27 novembre pour le Sénégal puis la Côte d’Ivoire (avec l’ex-secrétaire d’État au Commerce extérieur, Pierre Lellouche), son rival Jean-François Copé a depuis longtemps pris les devants. Intervenant appointé à Brazzaville fin juillet, le président de l’UMP multiplie les rencontres avec les chefs d’État africains de passage à Paris.

 Une activité à laquelle se livre également, avec la ténacité qu’on lui connaît, la députée européenne Rachida Dati, aperçue elle aussi au Congo ainsi que dans les suites des hôtels parisiens où leurs excellences de passage donnent leurs audiences. Justice, éducation, lutte anti-terroriste: lexpertise proposée par Dati à ses interlocuteurs est multicarte.

Morano, Estrosi… Déléguée générale aux élections de l’UMP – bien que battue aux législatives de 2012 – et trésorière de l’association des Amis de Nicolas Sarkozy, Nadine Morano a passé une petite semaine à Abidjan fin septembre, invitée par un réseau international d’ONG féminines, mais aussi pour le compte d’une société française de sécurité.

Quelques semaines plus tôt, le député maire de Nice, Christian Estrosi, l’avait précédée sur les rives de la lagune Ébrié, tout comme l’ancien sherpa de l’Élysée Jean-David Levitte.

Quant à Claude Guéant, l’ex-secrétaire général de l’Élysée, ses activités de consultant l’ont conduit à Malabo, à Bangui ou encore à Libreville.

Autant de destinations fréquentées depuis longtemps par ces ex-chiraquiens reconvertis dans le privé que sont Michel Roussin, Pierre-André Wiltzer et, plus récemment, Jean-Marc Simon.

On n’attend plus que Nicolas Sarkozy lui-même. Pour l’instant, l’ancien président – qui a déjeuné en août avec son ami Alassane Ouattara dans un restaurant niçois – limite ses escapades africaines au Maroc.

Les commentaires sont fermés.