Modern technology gives us many things.

Festival Cinéma et migrations d’Agadir : ‘’La Pirogue’’ de Moussa Touré remporte le Grand Prix

mpoussa touré agadirLe prix “Argana” ou Grand Prix du 10ème festival ‘’Cinéma et migrations”, organisé du 5 au 9 novembre à Agadir, au Maroc, a été décerné, samedi soir, au film “La pirogue” du réalisateur sénégalais Moussa Toure, rapporte la Maghreb Arabe Presse (MAP) reçue à l’agence de presse sénégalaise.

‘’Ce film, qui a aussi remporté le prix du meilleur scénario, raconte l’histoire de Baye Laye, capitaine d’une pirogue qui connait bien la mer, contraint à embarquer 30 hommes de Dakar vers les Iles Canaries. Ces passagers ne se comprennent pas tous, certains n’ont jamais vu la mer et personne ne sait ce qui les attend’’, souligne l’agence officielle d’information du Maroc.

Le prix de la meilleure mise en scène a été décerné au film “Le noir (te) vous va si bien” du réalisateur Jacques Bral, qui a également remporté le prix de la meilleure interprétation féminine ex aequo entre la comédienne d’origine marocaine Sofia Manousha et l’actrice Zahra Addioui pour son rôle dans le film “La désintégration” du réalisateur français Philippe Faucon.

Le prix de la meilleure interprétation masculine est revenu au comédien et réalisateur marocain Rachid El Ouali pour son rôle dans son propre film “Ymma”, alors qu’une mention spéciale a été décernée au film “Chroniques d’une cour de récré” du réalisateur français d’origine marocain Brahim Fritah.

Présidé par Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l’homme et président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, le jury de cette 10ème édition était composé de l’acteur, réalisateur et scénariste algérien Mohamed Zemmouri, du sociologue et responsable du pôle culture au CCME Younes Ajarra, du réalisateur franco-guinéen Mamadou Keïta et de l’acteur franco-américain d’origine marocaine Kamal Mamad.

Huit longs métrages de divers horizons et de différentes sensibilités étaient en lice pour le prix Argana, dont “Harraga Blues” du réalisateur algérien Moussa Haddad, “Le sac de farine” de la réalisatrice belge d’origine marocaine Khadija Leclere et “Les Baobabs ne poussent pas en hiver” du metteur en scène d’origine sénégalaise Henri Henriol, indique la MAP.

Cette édition a été aussi marquée par la projection hors compétition de onze courts-métrages marocains, en l’occurrence “Nar El Ghorba” de Abderrazak Samih, “Al Hadaf” de Munir Abbar, “Al Quds A Bnadem” de Mustapha Châabi, “Mer (e)” de Asma El Mudir et “Les couleurs du silence” de la même réalisatrice, “La roue tourne” de Tarik Idrissi, “Enfant poubelle” de Hakim Baidaoui, “Broeders” de Adil El Arbi et Bilal Fallah, “Pacte de mariage” de Noureddine El Ghomari, “Haunted” de Hicham Aayne Alhayat et “Il neige à Marrakech” du même réalisateur.

Les commentaires sont fermés.