animateur 2stv dcdxibaaru.com – C’est un monument qui s’est effondré. La nouvelle a fait l’effet d’un coup de tonnerre dans un ciel sans nuage et du Nguénar au Lao, en passant par le Damga, et même au-delà, dans le Diéry, en Afrique centrale, en France, en Italie, en Espagne, aux Etats-Unis, partout où vivent des communautés Pulaar, elle a été ressentie comme un tremblement de terre. En effet, samedi dernier, à 4 heures du matin, alors qu’il participait aux journées culturelles de Kanel, le grand griot Farba Sally Seck a été foudroyé par une crise cardiaque. Un monument de la cause Pulaar, le défunt l’était assurément. Il avait sans doute été rendu plus célèbre encore ces dernières années par l’émission « Yéla » qu’il animait avec brio tous les dimanches sur la 2STV, mais bien avant cela, sa renommée avait dépassé les frontières nationales.

De son vrai nom Sally Bogal Seck, le défunt avait vu le jour en 1945 à Horkadiéré. Il était issu d’une grande famille griotte s’occupant de la généalogie des Sebbe (Thieddos) Koliyabés. Couronné « Farba » (un titre prestigieux) en 2000, il était devenu à ce titre la personne morale et le régulateur de tous les griots du Fouta dont il était devenu en quelque sorte le patriarche.

Dès 18 ans il avait quitté le Fouta pour sillonner l’Afrique, notamment sa partie centrale. Et à 20 ans déjà, il avait effectué son premier pèlerinage à La Mecque. Maître de la parole, sublimé par les émigrés Haal pulaar partout à travers le continent, c’est par dizaines, voire centaines, de millions que se montaient les dons que lui faisaient ces parents. Généreux, il redistribuait une bonne partie de cet argent aux Sénégalais bloqués là-bas qui avaient le choix entre rentrer au pays pour les plus âgés — et dans ce cas il se chargeait de leur acheter le billet du retour plus un petit pécule — ou se lancer dans le commerce, auquel cas il offrait un petit capital de départ. Ou alors il organisait la mobilité professionnelle de ces émigrés d’un pays à l’autre, les mettant en rapport avec des parents qui pourraient les héberger et leur offrir du travail. Sa popularité, il la devait aussi au soutien et à l’assistance qu’il ne cessait d’apporter à la jeunesse du Nguénar, une contrée du Fouta…

Ses célèbres causeries sur l’histoire du pays Pulaar étaient courues et recherchées. Elles ont d’ailleurs été consignées dans un livre édité en France à la fin des années 90 et transcrit par Mamadou Abdoul Seck. Pour tout ce qu’il fait pour le Fouta et pour le rayonnement de la langue Pulaar, il a été d’ailleurs couronné « Jaalal Legnol » en 2010 dans une salle pleine à craquer. Mais encore une fois, son émission « Yéla » sur la télévision 2S, au cours de laquelle il retraçait la geste du Fouta et les hauts faits de ses héros, était un régal. Surtout avec les chants mélodieux des griottes « awloubés » qui l’accompagnaient. C’était un plaisir de voir ses beaux grands-boubous soigneusement brodés ou ses babouches artisanales. L’homme était un véritable « ndanane » très élégant et très sympathique adulé à travers le pays pulaar tout entier.

Ce grand mécène avait initié par ses propres moyens les chants religieux annuels de Horkadiéré. Dans ce village qui lui était particulièrement cher, il avait aussi aménagé un immense champ dont les récoltes étaient réparties entre les familles démunies. Mieux, grâce à ses relations, il avait fait embaucher beaucoup de jeunes de sa contrée dans la fonction publique ou dans des sociétés privées. L’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade, avait d’ailleurs fait de lui un de ses conseillers culturels. C’est cet homme généreux, ce grand connaisseur de l’histoire du Fouta, ce combattant infatigable de la cause Pulaar qui est mort samedi dernier à l’aube. Le Fouta et les Peuls du monde entier le pleurent encore et le pleureront longtemps…

                                                                                    Mamadou  Oumar Ndiaye

(avec le soutien de Hamet Ly de la 2STV)

« Le Témoin » N° 1138 –Hebdomadaire Sénégalais (  SEPTEMBRE 2013)

PARTAGER