Modern technology gives us many things.

Faible participation et incidents lors des élections au Mali

vote maliBAMAKO (Reuters) – Les Maliens se sont rendus aux urnes dimanche pour élire leur Parlement lors du deuxième scrutin organisé depuis l’intervention en début d’année des forces françaises dans le cadre de l’opération Serval qui a chassé les djihadistes du nord du Mali.

La participation a été faible par rapport au second tour du scrutin présidentiel en août et des incidents ont perturbé les opérations de vote dans la région de Tombouctou, dans le nord du pays.

« Si l’on compare avec l’élection présidentielle, la participation a été très faible. Dans mon bureau, nous n’avons même pas eu un tiers des électeurs inscrits », a témoigné Oumar Samaké, président d’un bureau de vote à Bamako, la capitale.

Ces élections se sont déroulées sous haute sécurité, les violences islamistes ayant repris depuis l’élection d’Ibrahim Boubacar Keïta lors de la présidentielle d’août.

Des hommes armés ont fait irruption dans plusieurs bureaux de vote de la région de Tombouctou et ont emporté les urnes.

« Il n’y a pas pu y avoir de vote dans au moins cinq des seize communes du cercle de Goundam », a déclaré Oumou Sall Seck, maire de cette ville située à 65 km de Tombouctou.

Près de Léré, à 160 km au sud-est de Tombouctou, des hommes armés ont également emporté le matériel électoral.

Les quelque 25.000 bureaux de vote répartis sur un territoire deux fois grand comme la France sont restés ouvert de 08h00 GMT à 18h00 GMT sous la surveillance de soldats maliens, de troupes françaises et de casques bleus de l’Onu.

Environ 6,7 millions de personnes étaient appelées à désigner le Parlement en vue de poursuivre la transition démocratique après le coup d’Etat de mars 2012 qui avait plongé le pays dans un chaos politique et sécuritaire.

MANIFESTATION À KIDAL

Un total de 1.087 candidats appartenant à 410 listes électorales étaient en lice pour les 147 sièges de l’Assemblée nationale.

Un second tour aura lieu le 15 décembre dans les circonscriptions où aucun candidat n’aura obtenu la majorité absolue dimanche.

Le Rassemblement pour le Mali (RPM), le parti de Keïta, et ses alliés devraient obtenir une victoire confortable lors de ces élections, estiment les observateurs, après le large succès enregistré il y a trois mois et demi.

« Le but de mon vote est de donner une confortable majorité au président et à ses alliés », a expliqué Boubacar Ouedrago, boucher à Bamako. « IBK (surnom de Keïta) a besoin de cette majorité pour achever sa mission ».

Le RPM était la seule formation politique représentée dans les circonscriptions du nord du pays, notamment à Kidal, où il a rallié le soutien de certains groupes d’insurgés qui s’étaient soulevés contre le pouvoir central l’an passé.

Plusieurs candidats de l’opposition ont expliqué qu’il était trop dangereux d’aller faire campagne dans cette région.

Une centaine de militants séparatistes ont défilé dans le centre de Kidal pour dénoncer les élections mais se sont vu interdire l’accès au bureau de vote par des casques bleus, ont rapporté des habitants.

Soumaïla Cissé, battu lors de la présidentielle, a pris la tête d’une coalition de plusieurs formations politiques et espère obtenir le siège de président de l’Assemblée nationale. Il a promis d’organiser une véritable opposition.

Les commentaires sont fermés.