Modern technology gives us many things.

Etats-Unis : un alcoolique brave le feu pour sauver ses bières

FAIT DIVERS – A Colombus, aux Etats-Unis, un homme malade d’alcoolisme est retourné dans sa maison en feu pour récupérer quelques canettes de bières.

 alcoolique feu

Walter Serpit est la preuve vivante que le courage a parfois des motivations bien triviales. Photo : Capture d’écran ABC NEWS

C’est une histoire qui sent la cendre et le houblon. C’est celle de Walter Serpit, américain résidant à Colombus en Géorgie. Elle se déroule place dans l’après-midi du jeudi 24 octobre, rapporte une édition locale d’ABC News. Un homme est tranquillement assis dans son canapé, en compagnie de 5 adultes et 2 jeunes enfants, pour regarder la télévision, tel un citoyen modèle.

On imagine l’ambiance joviale et détendue. Mais soudain, de la fumée fait son apparition dans le salon et emplit très rapidement la pièce. Face à la menace, les occupants décident d’évacuer prestement les lieux. Et c’est là que Walter Serpit commet un geste surprenant. Alors qu’il se déplace avec une canne, il décide de retourner dans l’habitation et de braver les flammes (Aperçu)

Lire

(Afficher le lien)

The Crazy World of Arthur Brown-Fire (1968)

elodd90

“Fire” is a 1968 song by Arthur Brown, Vincent Crane, Mike Finesilver and Peter Ker. Performed by the Crazy World of Arthur Brown, it was released as a single and on the band’s debut album, also called The Crazy World of Arthur Brown. The single made #1 in the UK (in August 1968) and Canada. In October, it made #2 in the US Billboard charts and #19 in Australia. It also made number 6 in The Netherlands. The song is an example of the psychedelic rock of the period, though its lack of guitars distinguished it from many of its contemporaries. The lead instrument in this case was Vincent Crane’s Hammond electronic organ, augmented by an orchestral section featuring prominent brass. The singer’s opening proclamation of himself as “the god of hellfire” became a lasting epithet. *i posted this video only for entertainment purposes*

(Afficher le lien)

pour y chercher quelque chose. Sans doute son bien le plus précieux, pense-t-on alors. Erreur.

“Comme un fou”

“J’ai dit à tout le monde et en priorité aux enfants de sortir, raconte Walter Serpit. Mais étant alcoolique, […] je suis retourné dans la maison comme un fou, […] pour essayer de sauver mes bières.” Mission accomplie puisque notre héros est parvenu à récupérer quelques canettes de Bud light, sans subir la moindre brûlure. Une performance dûment saluée par les badauds présents.

Les secours, prévenus par un voisin, sont arrivés rapidement sur les lieux. Et pendant que les pompiers maîtrisaient les flammes, la Croix-Rouge est venue réconforter les évacués. Espérons qu’ils aient ensuite levé un verre à la témérité de Walter Serpit.

Les commentaires sont fermés.