Modern technology gives us many things.

Estimée à près d’un milliard de dollars : L’Algérie a annulé la dette de 14 pays africains dont le Sénégal

L’Algérie fait «un geste concret » au profit des pays africains en difficulté.

bouteflikha 1Le gouvernement algérien a procédé depuis 2010 à l’annulation des dettes, d’un montant global supérieur à 902 millions de dollars, qu’il détenait sur quatorze pays membres de l’Union africaine (UA). C’est ce que le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a annoncé hier dans une déclaration accordée à l’APS. Précisant que cette mesure, annoncée à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de la création en 1963 de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), devenue depuis l’Union Africain s’inscrit dans le cadre de la solidarité africaine. « Ce geste concret d’entraide s’inscrit dans le cadre de la solidarité africaine et illustre la volonté politique du gouvernement algérien d’assumer pleinement son engagement en faveur de la promotion économique et sociale du continent », a ajouté la même source. Les pays ayant bénéficié d’annulation de dette sont : le Bénin, Burkina Faso, au Congo, à l’Ethiopie, à la Guinée, à la Guinée Bissau, à la Mauritanie, au Mali, au Mozambique, au Niger, à Sao Tomé et Principe, au Sénégal, aux Seychelles et à la Tanzanie. Ce geste « symbolique » de l’Algérie, montre son engagement pour participer à l’instauration de la paix au sein de ce continent connu par la pauvreté, les guerres et l’instabilité politique dans plusieurs pays. En effet, l’Algérie a déployé des efforts soutenus dans le cadre des institutions de l’Union africaine (UA) pour faire de l’Afrique un continent uni, fort et stable en mesure d’occuper une place de choix dans le concert des nations. Ainsi, l’Algérie a ainsi Å“uvré au renforcement de la coopération et de la concertation africaines au mieux des intérêts communs des pays du continent et au service des ses peuples afin que ceux-ci puissent prendre leur destin en main. En sa qualité de membre actif au sein de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) puis de l’UA, l’Algérie s’est attelée à unifier le front africain et à faire entendre chaque fois que nécessaire, la voix de l’Afrique dans les forums internationaux. Elle a également fait de la paix et de la sécurité en Afrique une priorité en appelant les pays du continent à Å“uvrer pour le règlement définitif de leurs conflits et à se rassembler autour d’une dynamique de paix conformément aux objectifs et principes fondateurs de l’OUA. L’Algérie, a, en outre, à l’instar d’autres pays, plaidé pour que deux sièges permanents au conseil de sécurité de l’ONU soient réservés à l’Afrique pour mieux défendre les questions du continent. Depuis le lancement du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) en 2001 dans lequel l’Algérie joue un rôle actif aux côtés du Nigeria et de l’Afrique du Sud, les conflits en Afrique sont en constante diminution, le développement s’est renforcé et les aides consacrées au continent africain sont passées de 16 milliards USD à 22 milliards dollars.Au volet économique, l’Algérie a, depuis plusieurs années, plaidé en faveur de l’instauration d’un nouvel ordre économique mondial garantissant la répartition équitable des richesses et une coopération fructueuse entre les pays en développement et les pays développés. Dans ce contexte, le chef de l’Etat avait également appelé les pays industrialisés à aider l’Afrique à assurer son développement économique et à honorer leurs engagements à l’égard des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).
(Algerie Site 30/05/2013)

Les commentaires sont fermés.