Modern technology gives us many things.

Enlèvement du père Georges: Hollande demande l’aide de Biya

hollande biyaAprès l’enlèvement du prêtre français dans le nord du Cameroun, gendarmes français et camerounais travaillent de concert. Le président François Hollande a officiellement demandé l’appui de son homologue Paul Biya dans ce nouvel enlèvement en territoire camerounais. On se souvient de la fin heureuse -et plus ou moins rapide-, après l’intervention des réseaux camerounais, de l’enlèvement de la famille Moulin-Fournier. La stratégie ayant fonctionné en février 2013 sera-t-elle de nouveau utilisée ?

Les autorités camerounaises restent muettes sur leur stratégie, mais on peut supposer que le Cameroun utilisera ses réseaux habituels dans cette affaire. Particulièrement avec les réseaux étendus et transfrontaliers des chefs traditionnels du Nord parce que les populations de cette zone sont quasiment les mêmes au Nigeria voisin. De plus la frontière étant poreuse, les connexions avec les villes et villages nigérians facilitent l’échange d’informations.

En cas de demande de rançon, des analystes avancent que le Cameroun pourrait bénéficier de l’aide de l’Eglise catholique. Les liens avec cette dernière étant forts et surtout parce que l’affaire touche directement un des leurs. Toujours selon ces spécialistes, Boko Haram aurait en ce moment de réels besoins d’argent.

Négociations possibles

Côté camerounais, le mouvement islamiste veut éviter coûte que coûte une confrontation directe avec les militaires. Son objectif est de préserver sa base arrière alors que côté nigérian, les pressions s’intensifient avec les assauts répétés de l’armée contre le groupe terroriste.

Dans cette affaire, le mouvement pourrait tenter des négociations avec les autorités camerounaises, notamment pour l’échange de prisonniers. Mais selon des informations obtenues par RFI, fin septembre le Cameroun aurait déjà livré au Nigeria, les trois derniers gros bonnets de Boko Haram arrêtés.

 

Les commentaires sont fermés.