Modern technology gives us many things.

En Israël, Sarkozy se voit prédire un « avenir brillant »

sarko israel 1C’est lui qui le dit : « Vous aurez remarqué que je fais moins de discours depuis un an. » Reconverti en conférencier pour « happy few », Nicolas Sarkozy ne s’était en tout cas pas exprimé aussi longuement et aussi publiquement depuis son départ de l’Elysée que ce mercredi 22 mai au soir au Collège académique de Netanya où il recevait un diplôme d’honneur. Une intervention très attendue à laquelle se pressaient plusieurs centaines de personnes sous le cagnard de la ville côtière israélienne, mais dont la presse française a bien failli ne rien voir après avoir été déclarée persona non grata par l’entourage de l’ancien président.

Ce retour aux estrades était surtout l’occasion pour Nicolas Sarkozy de soigner sa stature internationale et de faire comprendre que s’il n’en tenait qu’à lui, les choses se dérouleraient autrement au Proche-Orient. A commencer par la Syrie où il s’est dit « frappé par notre incapacité à agir », ajoutant que « l’intervention en Libye a prouvé que la machine de mort peut être stoppée ».

« Triste de voir l’Europe rester passive face à un génocide », il a demandé que le Hezbollah libanais « soit inscrit sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne ». Egalement dans son collimateur, « l’avancée folle des dirigeants iraniens fanatisés vers la bombe nucléaire ». Le genre de propos qui ont évidemment ravis l’assistance franco-israélienne. Jouant sur du velours, le discours de Nicolas Sarkozy n’a d’ailleurs fait l’impasse sur aucun des passages obligés dans ce genre de circonstances : la Shoah, l’antisémitisme, le soutien indéfectible au peuple juif, le dialogue israélo-palestinien, le droit à la sécurité d’Israël, etc.

Pas un mot, par contre, sur les affaires intérieures françaises. A moins que le rappel de sa première visite israélienne « dès 2007, afin de relancer la coopération dans tous les domaines », n’ait été une pique destinée à François Hollande que les autorités israéliennes n’ont toujours pas réussi à faire venir dans l’Etat hébreu malgré leurs demandes pressantes.

Election législative partielle

La politique n’était de toute façon pas loin puisque la cérémonie de Netanya était organisée trois jours avant le premier tour de la législative partielle de la 8e circonscription des Français de l’étranger dont fait partie Israël. Un scrutin dans lequel l’UMP Valérie Hoffenberg semble au coude à coude avec le vice-président du Crif, Meyer Habib, qui porte les couleurs de l’UDI et qui vient de recevoir le soutien du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. Il soufflait donc ce soir-là un petit air de campagne, pour le plus grand plaisir de la candidate UMP assise au premier rang à côté de Christian Estrosi.

Dans un pays où Nicolas Sarkozy réalise des scores de maréchal auprès des électeurs français (92% en 2012), s’afficher à ses côtés ne peut pas faire de mal. Relégué une rangée plus loin son adversaire rongeait lui son frein, jusqu’au moment où, il bondi de son siège, comme un diable de sa boite, scandalisé par le discours de la directrice du campus francophone de Netanya, Claude Grundman-Brightman, l’instigatrice de cette remise de diplôme. Celle-ci venait en effet de tresser les louanges de Valérie Hoffenberg, dont elle soutient la candidature. Rien de surprenant, l’Association des amis français du Collège de Netanya dont elles sont toutes deux des piliers étant un « repaire » UMP où l’on retrouve par exemple Claude Goasguen. Devant cette rupture du gentleman agreement et les cris de Meyer Habib, Nicolas Sarkozy n’a pas dissimulé une grimace de mécontentement : pour un peu, on lui aurait gâché sa belle soirée.

Il est vrai que l’ancien président a reçu un traitement de choix durant ce déplacement d’une trentaine d’heures en Israël. Reçu jeudi matin par Shimon Pérès puis Benyamin Netanyahou, il espérait également pouvoir s’entretenir avec John Kerry, le Secrétaire d’Etat américain de passage à Jérusalem. Et puis passer une grosse heure assis sur une estrade à écouter les responsables du Collège académique de Netanya rappeler que vous êtes « l’un des hommes d’Etats les plus importants du XXIe siècle » c’est bon pour l’égo. L’occasion, par exemple, d’entendre son président, le professeur Zvi Arad, expliquer que la valeur numérique de votre nom – 840 selon la numérologie talmudique – est la même que celle d' »homme sage ». A moins que Nicolas Sarkozy n’ait préféré la promesse enthousiaste de Miriam Fieberg-Ikar, la maire de Netanya : « Nous vous aimons et nous vous prédisons un avenir extrêmement brillant. » Rien de moins.

Le Nouvel Observateur

Les commentaires sont fermés.