Modern technology gives us many things.

En France, un Angolais et un Congolais ont escroqué plus de 1.000 personnes

Pour avoir escroqué 1.148 personnes entre 2007 et 2012 à Orléans, un Angolais et un Congolais ont été condamnés mardi dernier à respectivement six ans et quatre ans de prison.
Un Angolais et un resortissant de la République démocratique du Congo ont été condamnés en debut novembre à Orléans à respectivement six ans et quatre ans de prison pour avoir escroqué plus d’un millier de victimes, en utilisant le courrier recommandé pour obtenir un modèle de leur signature.

Entre 2007 et 2012, l’Angolais de 57 ans et le Congolais de 56 ans, ont écumé l’agglomération orléanaise où ils ont volé dans les boîtes aux lettres des milliers de chéquiers et documents bancaires. S’emparant aussi des courriers de l’assurance-maladie, ils connaissaient ainsi les dates de naissance des propriétaires des documents, et pouvaient faire des passeports ou cartes d’identité à leurs noms.

Pour obtenir un modèle de signature à apposer sur les pièces d’identité et sur les chèques, les deux escrocs adressaient ensuite un courrier en recommandé à leurs victimes. Il leur suffisait alors de recopier la signature figurant sur l’accusé de réception.
Une escroquerie à échelle « industrielle »
L’ensemble des documents, permettant ainsi de retirer de l’argent au guichet, étaient ensuite revendus en région parisienne à d’autres escrocs. Un total de 1.148 victimes ont été recensées pour un montant de près de 493.000 euros.

Alertés en 2010 par une série de plaintes pour vol de courrier, les enquêteurs ont mis deux ans pour remonter la piste. Des écoutes téléphoniques ont établi que les deux hommes conversaient en lingala, une langue parlée dans le centre de l’Afrique, avec leurs interlocuteurs et « clients », qui n’ont pas pu être identifiés.

A l’audience devant le tribunal correctionnel d’Orléans, le procureur de la République a dénoncé le fonctionnement « industriel » de l’escroquerie et avait réclamé des peines de sept et cinq ans de prison.

Les commentaires sont fermés.