pont garonneUne femme de 67 ans a été jetée dans la Garonne par deux individus mercredi soir à Toulouse, parce qu’elle ne voulait pas leur donner une cigarette. Cette retraitée venue garder son petit-fils ce jour-là avait entrepris de visiter la ville. Vers 20 h 30, elle s’est retrouvée sur le quai de Tounis, au bord du fleuve en crue. C’est là qu’elle est revenue avec les enquêteurs de la brigade criminelle. Ils ont longuement auditionné la victime et donnent désormais crédit à son témoignage. Un récit terrifiant qui commence par une banale rencontre. Mercredi soir donc, un homme l’a abordée pour lui demander du feu afin d’allumer sa cigarette. Elle s’est exécutée puis a repris son chemin. Quelques instants plus tard, l’individu est revenu accompagné d’un comparse. «Si tu as du feu, tu as des cigarettes !» ont insinué les deux agresseurs.

Elle ne sait pas nager

Mais la victime ne fume plus… Visiblement éméchés, les agresseurs la bousculent et l’emmènent un peu plus bas, sur la rampe d’accès au quai. Ils l’asseyent sur le parapet, l’insultent et finissent par la pousser trois mètres en contrebas dans la Garonne boueuse et glacée.

Cette retraitée qui ne sait pas nager perd alors connaissance. Elle se réveille 800 mètres plus loin, après avoir franchi le Pont-Neuf. Elle s’agrippe à des rondins de bois et crie de toutes ses forces. C’est là qu’un voisin qui fumait à sa fenêtre la repère. Il donne aussitôt l’alerte et les sapeurs-pompiers arrivent rapidement. L’un d’entre eux se jette à l’eau et parvient, au prix de nombreux efforts, à la ramener sur le quai de la Daurade. Très affaiblie, en état d’hypothermie avancée, la victime reçoit les premiers soins avant d’être conduite à l’hôpital Purpan.

«Miraculée», selon des proches du dossier, la victime est sortie dès jeudi de l’hôpital mais reste très choquée. Elle a passé la nuit chez son fils à Toulouse avant qu’il ne la raccompagne, hier, chez elle, à Gaillac. Côté police, les investigations se poursuivent (lire encadré).


À la recherche de témoins

Les enquêteurs de la brigade criminelle ont été chargés d’élucider cette agression. Afin de mettre la main sur les deux hommes qui ont jeté à l’eau cette retraitée, ils sont à la recherche de toute personne susceptible de leur apporter des éléments. Il peut s’agir de témoins directs de l’agression mais aussi de personnes qui auraient croisé dans la soirée les deux individus.

Si vous possédez des informations, il est demandé de se mettre immédiatement en contact avec les services de police : 0561 127 777.


«Ils riaient quand ils ont poussé maman»

«Aujourd’hui elle va bien, autant qu’on puisse le dire», soupire Sacha, le fils de la victime. Posé, il revient sur ce qu’il qualifie de «miracle». «C’est arrivé mercredi soir. Moi j’ai été prévenu hier (N.D.L.R., jeudi) vers 11 heures par l’hôpital. Quand je suis arrivé, il y avait deux officiers de police à son chevet.»

Mercredi, la victime était venue s’occuper de son petit-fils. «Ce jour-là, elle va le chercher, l’emmène à l’escrime puis rentre sur Gaillac, relate-t-il. Je lui avais conseillé d’aller voir le quartier Saint-Cyprien. Elle y est allée, a traversé le pont puis elle voulait retourner à la gare prendre son car pour Gaillac. Elle m’a raconté qu’un type lui a demandé du feu. Comme elle a arrêté de fumer il y a trois semaines, elle avait un briquet et elle lui a donné du feu. Quelques minutes plus tard, il est revenu avec un autre homme. Ils n’avaient pas l’air dans un état normal. Ils lui ont dit «Si t’as du feu, t’as des clopes !» en la traitant de menteuse et de «vieille peau».»

«Ils l’insultaient».

Là, les deux hommes la font descendre en contrebas. «Ils l’ont posée sur un muret en continuant à l’agresser puis ils l’ont poussée. Quand elle est tombée, elle a entendu qu’ils l’insultaient et qu’ils se marraient.»

«Ma mère doit mesurer 1,55m et peser 45kg»

«Elle était terrifiée et très angoissée.»

Les agresseurs ne s’en sont pas pris à une femme apte à se défendre. «Ma mère ? C’est une crevette. Elle doit mesurer 1m55 et peser 45 kg, poursuit son fils. Elle ne sait pas nager. Elle a perdu connaissance et s’est retrouvée sur le dos, à la dérive. Quand elle est sortie de son coma, elle s’est agrippée à des rondins et a crié.»

Écœuré par le sort réservé à sa mère, Sacha estime : «C’est un miracle qu’elle soit vivante. Des policiers m’ont dit que même un bon nageur n’aurait pas survécu.»

Sortie de l’hôpital, la victime a passé la nuit chez son fils. «Elle était très choquée, elle était prise d’angoisses. On peut dire qu’elle a passé une très sale nuit.»

Hier, elle a décidé de rentrer chez elle. «Je l’ai ramenée. Elle en avait assez de raconter ce qui s’était passé. Elle a voulu se mettre au chaud tout simplement.»

Aujourd’hui, la famille espère que les enquêteurs pourront mettre la main sur les deux agresseurs. «Même si on sait que c’est difficile et qu’il y a beaucoup de personnes qui passent dans ce secteur. Peut-être qu’avec les descriptions qu’elle a pu donner ça marchera ?»

PARTAGER