Modern technology gives us many things.

Eliminatoires Coupe du Monde 2014/Sénégal-Ouganda : Pourquoi pas en Europe ?

sénégal ouganda footOù se jouera le match Sénégal-Ouganda du 6 septembre prochain ? Difficile de répondre à cette interrogation. En tout cas, la piste sous-régionale n’enchanterait pas le staff technique et les joueurs. Alain Giresse et son capitaine Mohamed Diamé plaident déjà pour le Maroc sans se soucier des dépenses colossales. Le match Sénégal-Angola à Conakry aurait coûté plus de 250 millions aux contribuables sénégalais. Il n’est pas évident que ce chiffre soit revu à la baisse s’il s’était déroulé à Casablanca. Alors pourquoi pas l’Europe? Sud Quotidien pose le débat.

 Quel est le pays qui va abriter la «finale» de la poule J entre le Sénégal et l’Ouganda, le 6 septembre prochain, pour le compte de la 6ème journée des éliminatoires de la coupe du monde Brésil 2014 ? La question est sur toutes les lèvres. Le Sénégal footeux cogite sur la ville hôte de cette rencontre ô combien importante entre «Lions» et «Grues» pour l’attribution du ticket de ce groupe.

Selon plusieurs indiscrétions, la piste sous-régionale est de plus en plus écartée. La Guinée qui avait fait preuve d’hospitalité le 26 mars dernier ne verra certainement pas les «Lions», le 6 septembre prochain. Les conditions climatiques ne plaideraient pas en leur faveur. La Gambie est écartée depuis longtemps par Alain Giresse, himself, qui a qualifié la pelouse du National Stadium de Bakau de «véritable champ de patates». Nouakchott est mis hors course à cause de son gazon synthétique. Bamako n’est même pas envisageable à cause de l’hostilité dont le sport sénégalais fait l’objet dans la capitale malienne (finale Can 2012 et finale de l’Afrobasket féminin en 2011).

Depuis quelques jours, les esprits semblent se tourner vers le Maroc. Le sélectionneur national, Alain Giresse est déjà preneur. Son capitaine Mohamed Diamé aussi plaide pour le royaume chérifien, rappelant même le baptême de feu de Joseph Koto à Marrakech, le 24 mai 2012. Les «Lions» du Sénégal avaient battu ceux de l’Atlas en match amical (0-1) grâce à un but de Moussa Konaté, rappelle-t-on.

On est tenté alors de se demander pourquoi pas l’Europe ? Qu’est ce qui empêche le Sénégal de recevoir à Lyon, à Marseille,  Bruxelles ou quelque part sur le vieux continent ? La Confédération africaine de football(Caf) a certes suspendu le stade Léopold Sédar Senghor pour une durée d’un an, mais l’instance suprême du football continental, n’a aucunement interdit aux «Lions» de recevoir en dehors de l’Afrique.

Mieux, il s’agit là d’un match comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde, une compétition de la Fédération internationale des associations de football (Fifa) qui a d’ailleurs, dans un passé récent, autorisé qu’une rencontre entre deux pays africains, se déroule en Europe.

Pour rappel, le 28 février 1993, l’Egypte, en éliminatoires de la coupe du monde Etats-Unis 1994, avait battu le Zimbabwe (2-1) au Caire. Le match a été annulé à cause de la violence des foules. Des supporters égyptiens  pas satisfaits, s’étaient acharnés sur les pauvres Zimbabwéens. Jets de pierres, agression des juges de touche et de l’entraîneur zimbabwéen. Le public excité du Caire va le regretter.

La Fifa sanctionne l’Égypte. Le match est à rejouer à Gerland à…Lyon. Malgré leurs 6.000 supporters qui se déplacent en France, les Égyptiens échouent (0-0) et sont éliminés, par la faute d’un public trop chauvin.

Le contexte n’est certes pas le même. Mais rien n’interdit au Sénégal de faire une demande. D’abord, les contribuables sénégalais, en cette période de déche ostentatoire pour ne pas dire d’austérité, ne seront pas appelés à débourser autant de millions en dehors de la restauration, des primes et de l’hébergement. Une petite économie pourrait être faite sur les remboursements de billets d’avion de joueurs, par exemple.

Ce qui est loin d’être négligeable. Parce qu’il ne faudrait surtout pas l’oublier comme ce fut le cas le 26 mars 2012, c’est le Sénégal qui prend en charge l’équipe visiteuse.

Par ailleurs, il ne faudrait pas négliger l’apport du public. Or, si à Conakry, les «Lions» ont pu bénéficier du soutien incommensurable des Guinéens, il n’est pas évident que les Marocains acceptent de débourser quelques dirhams (monnaie marocaine) pour aller au stade voir la bande à Mohamed Diamé. Quant aux immigrés sénégalais, ils y sont plus préoccupés par des questions de survie.

Quid de l’argument d’une bonne pelouse brandi dans le débat? Le Maroc n’est pas non plus mieux loti que l’Europe. Alors pesons le pour et le contre afin de faire le bon choix. Septembre, c’est pour bientôt !  

Les commentaires sont fermés.