Modern technology gives us many things.

Elections locales de 2014: va-t-on vers un report ?

Au rythme où vont les choses, il ne serait pas surprenant d’assister à un report pur et simple des élections locales. En droite ligne d’une certaine jurisprudence sénégalaise.

élections locales«Les élections locales ont toujours été reportées au Sénégal». Ce laconique bout de phrase est, depuis un certain temps, sur la langue de beaucoup d’hommes politiques. Plus particulièrement sur celle des hérauts et autres inconditionnels du report des élections locales prévues au mois de mars 2014. Et, comme par un curieux hasard, il nous revient que «la réflexion est engagée dans les officines du ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales pour pousser la date entre 2015 et 2016, voire 2017». D’où ce décryptage «froid» d’un fin observateur du paysage politique sénégalais : «Même si une formation comme le Parti démocratique sénégalais (Pds), qui est la principale locomotive de l’opposition, pourrait monter sur ses grands chevaux en appelant au respect du calendrier républicain, il reste évident qu’une telle éventualité lui permettrait, au-delà d’une compréhensible adversité avec le dossier sur la traque des biens supposés mal acquis, de conserver un nombre important de collectivités locales. Ce qui n’est pas rien pour un parti d’opposition». Il s’y ajoute que, susurre-t-on, «l’Alliance pour la République (Afp) appréhende gravement ces échéances, surtout avec les dissensions notées dans ses rangs et au sein de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) au pouvoir».

«IIIème phase»

Mais, croient savoir nos interlocuteurs, «les autorités vont, sans aucun doute, mettre sur la balance, histoire de convaincre les plus coriaces adversaires du report des locales, la mise en branle du processus de réforme des Institutions confiée à Amadou Makhtar Mbow, dans le cadre du respect de la Charte de Bonne gouvernance démocratique issue des Assises nationales». L’autre raison qui pourrait expliquer, à juste titre, un report du scrutin local est «la mise en œuvre annoncée de la troisième phase de la Décentralisation qui doit trouver une solution heureuse aux nombreux conflits de compétence notées dans les collectivités locales». Surtout que, martèlent nos sources, «la venue prochaine des mouvements citoyens dans la bataille pour la conquête du pouvoir local, avec l’élection des maires et autres présidents de conseils ruraux au suffrage universel direct, va mettre définitivement un terme aux éternels deals qui avaient fini d’excéder les populations à la base qui n’ont jamais cessé de le déplorer, sans parler des inévitables coups bas qui découlent de cet état de fait avec des conseillers soudoyés qui peuvent installer, sans hésiter, une certaine instabilité».

Rewmi


Les commentaires sont fermés.