Modern technology gives us many things.

Elections locales : ça sent le report !

élections 2014Le ministre de l’intérieur avait balbutié un second report des élections locales prévues en juin 2014 si la commission technique de revue du code électoral ne donnait pas ses conclusions avant le 09 mars. Hier, c’était au tour du député hyperactif Moustapha Cissé Lô de demander le report des élections locales jusqu’en fin 2014. Et aujourd’hui, Benno Siggil Sénégal, la coalition qui avait porté à la présidentielle de 2012 la candidature de Moustapha Niasse, actuel président de l’Assemblée nationale, écrit au président Macky Sall pour un report des élections locales en novembre 2014.

Tout ceci est une stratégie millimétrée et peaufinée par le régime de Macky Sall qui a déjà prévu le report. Il n’y aura pas d’élections en juin 2014.

Penda Sow/Dakar.xibaaru.com

1 commentaire
  1. ibrahima Sène PIT/SENEGAL dit

    Il y a deux catégories de sénégalais hostiles à un second report à Décembre 2014 au plus tard. D’abord il y a ceux qui sont pour le maintien des institutions à caractère monarchique héritées de Wade( les différents démembrements du PDS, et REWMI notamment) . Ensuite , il y en a , comme ” Y en a marre” qui y suspectent des manoeuvres politiciennes de l’APR en direction des locales. Pour les premiers, leur objectif est de démontrer que nous avons tord de faire partir Wade, puisque pour rien ne change. Pour les seconds, ils ont été outrés par les agissements de nombre de cadres de l’APR. Cependant, cette seconde catégorie devrait se rappeler que nous nous sommes battus contre Wade pour changer les institutions et leurs rapports avec les citoyens. Voilà presque 2 ans que Wade est chassé du pouvoir sans que les réformes institutionnelles ne soient effectives. Ce sont celles que Wade nous a léguées qui continuent de prévaloir tant au niveau national que local. C’est la raison pour laquelle nous avons pensé qu’avant de renouveler les conseillers élus par la tenue des locales, il faudrait procéder à un référendum pour adopter les nouvelles institutions dont le projet est déjà ficelé et n’attend que le Président de la République pour le recevoir et agir en conséquence. Dans tous les pays du monde, un code n’est élaboré que sur la base des dispositions de la Constitution. Donc si celle ci doit être réformée, il ne sied guerre d’adopter un code sur la base de l’ancienne. Ainsi,si nous sommes vraiment attachés à la refondation de notre Etat, il y a des contraintes de délais qui nous obligent à un compromis sur le calendrier électoral. Donc, entre choisir le respect du calendrier électoral qui signifierait le maintien du statut quo institutionnel hérité de Wade durant tout le mandat de Macky Sall, et le report des élections locales pour permettre de refonder notre Etat, nous avons choisi la seconde alternative. Y voir donc des manoeuvres politiciennes serait très réductible. Pour que le report ne soit pas perçu comme des manoeuvres politiciennes, nous avons estimé que le 29 juin, donc un report de 3 mois, ne saurait être crédible. D’où la proposition de tenir le référendum constitutionnel en Juin, et les locales en Novembre/ Décembre après le sommet de la Francophonie. Il s’agit donc de l’avenir démocratique et républicain de notre pays et non du sort d’hommes et de femmes politiques à prendre en compte dans ce report.

Les commentaires sont fermés.