Modern technology gives us many things.

Edito du jeudi…Tapha Gaga ! (Par Oumou Wane)

macky cissé lo 1Ce qui devait être une démonstration de force, un grand rassemblement pour fêter les noces de bois d’un parti TGV, tourna au mauvais goût, au frelaté, car il y eut un ingrédient de trop. Des ingrédients de trop.

Hotel King Fahd ! La nuit ! Les flashs crépitèrent, les boubous scintillèrent  et les égos s’envolèrent.

Au premier rang on aperçut ‘’les peurs de rien’’, hommes-sel tant leur présence est assidue et soluble dans toutes les marmites qui se sont posées sur les feux de la République !

Que font-ils là ?

Comme si le protocole n’avait pas compris qu’il ne fallait pas les parquer ensemble pour éviter l’effet relief… ! Lorsque la caméra commença à balayer, l’on crut à une blague ! Effarés, nous les vîmes tous là, tels des arlequins délavés par la fréquence des séjours dans ces bains de moins en moins sympas. Sous Wade, cela en valait le coup mais là ça devient dur car plus grand chose à gagner. De plus, se faire pilonner ainsi à longueur de journée par cette presse impitoyable, ces journaleux… Et puis voilà maintenant leurs caméras ! Même plus brouter discrètement ! Trop dur pour l’ego.

Il y avait aussi les virtuoses en maths financières, nul besoin de master en martingale, il suffit de connaitre ses propres besoins. Griots, badauds, faune politique bigarrée se mêlèrent aux intellos, militants et fidèles. Tous les âges furent représentés. Des jeunes, aux dents de lait, encore vierges des vices qui ont métastasé leurs aînés, donnèrent du coude pour être au devant de la caméra, il s’agit bien de se faire remarquer. Pourquoi pas ?

Le spectacle battait son plein, la musique entrainante, les ancêtres de Macky Sall chantés jusqu’à en donner la chair de poule.

Niangal, homme mesuré et réservé jusque-là, qui s’exerçait à effacer la sévérité qui lui colle à la peau et lui vaut ce sobriquet, lâcha quelques refrains à notre grande surprise. Tiens, tiens !

 

Et puis il y eut lui ! Le pistolero est chaud bouillant et n’a plus ses sens ! Il se dressa de tout son long et s’avança vers la scène. Il sortit les liasses et là commença l’irréparable !

Donner les billets mano mano n’étant pas assez spectaculaire, il les jeta comme des confettis ! L’argent s’envola avant d’atterrir aux pieds du chanteur ! Sapristi ! Tonnerre d’argent ! Et les notes se firent plus chaudes.

Choc ! Affliction ! Et la nausée monta. Voilà des images cauchemardesques pour les nouveaux chantres de la rupture. Comme disait l’autre, partout où il y a des hommes, il y a de l’hommerie ! Chassez le naturel…

Fin classique des banquets comme dans Astérix et Obélix avec dans le rôle d’Assurancetourix, le barde, ligoté et bâillonné dans sa hutte perchée. Pour les prochains anniversaires, l’APR sait qui ligoter pour s’éviter ces couacs meurtriers pour son image.

Oumou Wane

Présidente Africa7

Les commentaires sont fermés.