Modern technology gives us many things.

Economie : Le sucre divise le gouvernement et la compagnie sucrière

ministre commerce et sucreC’est le clash entre le gouvernement d’Abdoul Mbaye et la Compagnie Sucrière Sénégalaise (Css). Et il n’est pas sûr que quiconque puisse recoller les morceaux entre la société de Mimran et l’équipe d’Abdoul Mbaye. Car «nak», du côté de la Css, on est très remonté contre le Premier ministre qui a instruit le ministre du Commerce de lever l’arrêté d’interdiction de l’importation du sucre, pris il y a environ deux semaines, à la suite d’une décision inspirée par le président de la République, SMS, en Conseil des ministres.

Il faut en effet dire que le ministre du Commerce a convoqué une réunion pour ce lundi matin afin d’annoncer la levée de la mesure d’interdiction d’importation du sucre. Une rencontre à laquelle les services d’Alioune Sarr annoncent la participation des commerçants de l’Unacois, des représentants de la Css et des associations consuméristes.

En tout cas tous devraient y être, sauf la Css qui n’entend pas participer à «une farce». Eh oui ! Du côté de la Css, Louis Lamotte, Directeur-Conseiller, assimile ce qui est en train d’être fait à un «show». «Nous n’y serons pas. Car à la Css, on a rien reçu comme invitation. On a été informé informellement ce matin (hier dimanche matin) et on a répondu informellement qu’on est contre la levée de cette mesure. On n’ira pas, car pas convié. On ne va pas être des faire-valoir», dit Lamotte qui ajoute qu’ils ont désormais «la certitude qu’on veut se débarrasser de la Css».

A quel dessein ? Il dit ne pas le savoir, mais souligne qu’ils savent maintenant que «jamais la Css n’attende quelque chose de ce gouvernement et de son chef allant dans le sens de sa survie». Il explique également que la Css n’attendait rien de plus qu’un arbitrage de l’Etat qui aurait pu attendre que la Css vende son sucre pour sauver les 55 000 tonnes en stock.

«Mais en levant la mesure de restriction des importations de sucre, pense-t-il, l’Etat a choisi les 14 000 tonnes de l’Unacois, au risque de faire perdre leurs emplois à des milliers de Sunugaaliens et de voir la Css sombrer». Louis Lamotte rappelle en effet que ce sont les importateurs de l’Unacois qui ont déréglé le marché en amenant deux fois plus de sucre que nécessaire. Dès lors, il clame que l’Etat, en revenant en arrière, se soumet à l’Unacois qui a versé dans le chantage et la menace.

Une attitude honteuse que le gouvernement devait combattre, mais à laquelle il se soumet, démontrant ainsi sa duplicité. «On s’est rendu compte que tout ça, c’était du bluff, de la poudre aux yeux. Ça nous replonge dans le pire. Et l’empressement avec lequel ils veulent lever la mesure suscite bien des questions», tranche net Lamotte.

Source : Le Quotidien

 

Les commentaires sont fermés.