Modern technology gives us many things.

Drame: Sushmita Banerjee a été assassinée en Afghanistan

Elle était écrivain, elle était indienne, et elle avait 49 ans.

 sumita inde tuée

 Le corps de l’écrivain indienne Sushmita Banerjee a été retrouvé criblé de balles ce jeudi 5 septembre, près d’une école religieuse, dans les environs de la ville de Sharan, en Afghanistan. Un groupe d’hommes avait fait irruption mercredi soir à son domicile, où elle a été ligotée et enlevée, sous les yeux de sa famille.

«L’enquête menée auprès de son mari montre que les insurgés avaient quelque chose contre elle, à propos de ce qu’elle avait dit ou écrit par le passé, et qui était ensuite devenu un film», a dit le chef de la police locale à l’AFP. 

Originaire de Calcutta, où elle s’était mariée en secret avec un homme d’affaires afghan, Sushmita Banerjee n’a jamais manqué de courage, ni d’occasions de le prouver. Parce que ses parents s’opposaient à son mariage pour des raisons religieuses, elle avait suivi son mari en Afghanistan dans les années 1990. S’étant alors retrouvée coincée dans un village tenu par les talibans, elle avait tenté par deux fois de s’évader, ce qui lui avait valu une condamnation à mort. Elle avait enfin réussi à s’échapper, en tuant au passage trois talibans à la kalachnikov. 

Il ne lui restait plus qu’à raconter tout ça dans un livre, «A Kabuliwala’s Bengali Wife», sorti en Inde avec un certain succès et adapté au cinéma par Bollywood en 2003. Elle était revenue s’installer en Afghanistan en début d’année, où elle s’appliquait à recueillir des témoignages de femmes sur leur quotidien. 

Les talibans n’ont pas revendiqué l’assassinat à cette heure. Il semble pourtant que certains ne lui aient pas pardonné son courage. 

PS. Non seulement les talibans n’ont pas revendiqué l’assassinat, mais Zabihullah Mujahid, un porte-parole des rebelles islamistes afghans, a déclaré vendredi à l’AFP : «Nous rejetons les propos accusant nos hommes d’avoir tué cette Indienne. Tout cela n’est que de la propagande gouvernementale visant à discréditer nos combattants.» Il paraît qu’en Afghanistan comme dans pas mal d’endroits, on se vante rarement d’avoir abattu une femme. 

Les commentaires sont fermés.