pape saer gueyeAprès le drame de Lampedusa dont le bilan est estimé à près de 300 morts ou disparus, le Réseau Africain pour la Gouvernance des Migrations (RAGM) exige la mise en place d’une commission d’enquête et plus tard l’audit du système d’information de FRONTEX. La RAGM dirigé par l’ex conseiller  de Wade chargé des sénégalais de l’extérieur, l’ambassadeur Pape Saer Gueye a adressé à la rédaction de xibaaru la déclaration ci-dessous qui contient plusieurs interrogations quant au dysfonctionnement du dispositif d’alerte et de surveillance.

 

DECLARATION

Dans un passé encore récent dans nos mémoires, l’alerte de Ceuta et Melilla a secoué le monde LIBRE attaché au respect des libertés et droits humains. L’humanité a été indignée par les milliers de morts, les déportations de migrants dans le désert et leur enfermement dans des camps militaires.

A peine relevée de cette vive émotion et l’organisation de rencontres hâtives de haut niveau sur la gestion des flux migratoires, l’Europe a initié une coopération opérationnelle entre les états membres en matière de gestion des frontières extérieures.

Ce programme qui a couté 118 Millions d’euros en 2011 revendique le sauvetage récent de dizaines de milliers de vies.

Aujourd’hui, le DRAME de Lampedusa dont le bilan est estimé à près de 300 morts ou disparus a pour conséquence la remise en cause de l’atteinte des objectifs du système d’information notamment la collecte, l’analyse, le traitement et la diffusion des informations relatives aux mouvements migratoires. Nous sommes convaincus qu’aucun indicateur de performance n’est au-dessus de la préservation de la vie et la dignité humaine.

Le Président de la commission de l’union Européenne José Manuel BARROSSO est interpellé ; de même les chefs d’état des pays d’origine ont une responsabilité pleine et entière sur ce drame notamment pour non-assistance à personnes en danger et négligence sur le volet gestion des frontières.

A cet effet, nous présentons nos condoléances aux proches des victimes et au monde entier.

Nous nous interrogeons :

·       Où était le système d’alerte précoce ?

·       Quel système de veille, de surveillance et d’alerte après LAMPEDUSA ?

·       Quelles sont les responsabilités des autorités du dispositif d’organisation des secours ?

Le Réseau Africain pour la Gouvernance des Migrations (RAGM) exige la mise en place d’une commission d’enquête et plus tard l’audit du système d’information de FRONTEX.

Le Réseau Africain pour la Gouvernance des Migrations (RAGM) invite les décideurs politiques, les ONG et tous les acteurs de la problématique migratoire à engager la réflexion stratégique pour la reformulation de politiques migratoires orientées vers l’approche Migration/ Développement à la place des errements de l’option sécuritaire qui privilégie la répression et la criminalisation de la migration.

Le Réseau Africain pour la Gouvernance des Migrations (RAGM) exige l’organisation d’un mécanisme pour la gestion concertée des problèmes migratoires.                                  

 

Fait à Dakar le, 06/ 10/ 2013

                                                                                         

 

Le Président

   Papa Saer GUEYE

PARTAGER