alioune sow1xibaaru.com –  S’il y en a que la rupture entre Macky Sall et Idrissa Seck a surpris, tel n’est pas le cas pour le docteur Alioune Sow, ancien ministre de la décentralisation, chargé des collectivités locale, et non moins président du Mouvement patriotique pour le développement (Mpd/Liguey). Intervenant à l’émission Grand oral  de la radio Rewmi Fm, Aliou Sow n’a pas mis de gans pour affirmer que cette rupture était inéluctable. Toutefois, à ses yeux, cela ne mérite pas un traitement particulier, quand bien même qu’il s’agit là d’une « première partie d’une série de rupture, de clash et de fissures. »

Selon Aliou Sow, cela serait de bonne guerre dans cette coalition de Benno Bokk Yaakaar (Bby) qu’il considère comme étant « un agrégat d’ambitions individuelles qui se retrouvent autour d’une sorte de partage du gâteau national, de positionnement et de précipitation vers les avantages, sans assumer ensemble les conséquences négatives ». Leur seul unité, a-t-il estimé, était simplement fondé sur le départ d’Abdoulaye Wade. Et, entre Macky et Idy, le président du Mpd/Liguey, fait une lecture axée sur un problème de personne : d’après lui, le maire de Thiès, en l’occurrence Idrissa Seck, s’il ne fait pas attention, il aura une autre surprise. En effet, il considère Macky Sall comme « son ancien jeune qui lui obéissait, qu’il avait parrainé. Idrissa avait cette posture du leader craint, qui dirigeait presque le parti d’une main de fer sur la base de menaces et de sanctions, ou de promotions parfois basées sur l’amitié ou la proximité. Il est difficile pour Idrissa Seck d’accepter, psychologiquement, que son ex-jeune vienne le coiffer au poteau dès le premier coup d’essai. »

PARTAGER