Modern technology gives us many things.

Dévaluation du FCFA, 2014 s’annonce sombre.

billets de banqueLe Pr Albert Ondo Ossa de l’Université Omar Bongo de Libreville en est convaincu. Le FCFA risque de connaitre une autre dévaluation en 2014. Lors de la tenue hier lundi à Dakar du deuxième séminaire de l’année à l’Institut Africain de Développement Economique et de Planification (Idep), l’économiste a fait savoir que les risques sont réels. « Au regard de l’évolution de la tendance actuelle du contexte international, il y a un risque réel de dévaluation en 2014 dans la zone Uemoa bien que la tendance n’est pas encore catastrophique» a lancé le Pr Albert Ondo Ossa.

En présence d’universitaires, d’économistes, de diplômés et de journalistes, M. Ondo Ossa a précisé que « les données actuelles ne justifient pas une dévaluation du franc Cfa mais il y a un risque au regard de l’évolution de la tendance du contexte international ». Cependant il a rassuré que : « les performances de nos pays ne justifient pas une dévaluation du franc Cfa mais il y a un risque à partir de 2013 pour la Bceao. Dans la zone Uemoa, les flux des capitaux ont connu une hausse sensible àpartir de 2003 jusqu’en 2008 révélateur d’un effort dans l’investissement».

Le Pr Amady Aly Dieng très critique à l’endroit des banques centrales dans nos pays, a soulevé la question de la mission de ces dernières. Pour l’économiste, ces banques sont « des correspondants de trésor français avec la dépendance monétaire qui existe depuis les temps coloniaux ».

A son avis, « à l’état actuel des choses, il n’y a pas lieu de parler de dévaluation. Il faut regarder ce que cela peut engendrer comme dégâts. Si on dévalue ce serait une catastrophe pour les classes moyennes». Face à ce tableau sombre, le professeur Ondo Ossa a suggéré la création d’une monnaie propre ou une monnaie de zone qui serait un gage de performances économiques.

 

Les commentaires sont fermés.