matam centre de santéMener une politique permettant de retenir les agents de santé dans la région, à travers l’octroi de primes d’éloignement ; c’est « l’importante » idée sur laquelle le médecin-chef de la région de Matam, le docteur Yankhoba Dial a insisté, ce vendredi, en vue de pallier la situation de manque de ressources humaines qui prévaut dans sa zone d’action sanitaire. « Le problème que nous avons au niveau de Matam, c’est que on a non seulement un manque de ressources humaines, mais aussi il faut fixer le personnel. Si on compare le flux de départs, il est beaucoup plus important dans ces régions-là », a-t-il souligné lors d’une campagne de réparation des fistules entamée mercredi dernier et qui se poursuit jusqu’à ce samedi dans la région de Matam.

Selon lui, un agent qui travaille à Matam a le même traitement qu’un agent de Saint-Louis ou de Dakar. « Ce n’est pas éthique. En réalité, la vie est plus chère à Matam, à cause du manque d’infrastructures. Donc un agent qui y travaille doit avoir une motivation spéciale. C’est le cas pour les gynécologues qui viennent un an ou deux avant de chercher à être affectés ailleurs. Ce qu’il faut c’est trouver un moyen de les retenir et qu’ils aient un plus par rapport à ceux qui sont restés à l’intérieur du pays et cela peut se faire à travers l’Acte III de la décentralisation. Je pense que l’Etat doit aider le ministère de la Santé à mener une politique sur les ressources humaines en intégrant les indemnités d’éloignement pour leur permettre de rester » a suggéré le docteur Dial.

Précisant qu’il y a 30 sages-femmes dans toute la région de Matam, il a suggère d’augmenter les infrastructures sanitaires mais également les ressources humaines de qualité et de renforcer le plateau technique.

 

Balthazar xibaaru.com

PARTAGER