Modern technology gives us many things.

‘’Depuis 2000 au Sénégal, la compétence est un handicap et la médiocrité est récompensée’’ selon…

gouvernement conseil des ministresA l’aube de notre république…Par Amadou Bâ, CCR France

« La politique est la forme moderne de la tragédie », André Malraux 

Le 17 décembre 1962 notre jeune République traversait une terrible crise politique dont les séquelles sont encore sensibles sur les plans économique, politique, social et culturel. Cette crise mit un terme à dix-sept ans de compagnonnage entre deux hommes politiques qui avaient tout pour réussir à poser les fondements d’une nation prospère et émergente : Léopold Sédar Senghor, et Mamadou DIA. Pour illustrer la complémentarité entre les deux hommes, Roland Colin, qui fut l’élève de Senghor à l’ancienne ENFOM (École Nationale de la France d’Outre-Mer) et un des plus proches collaborateurs du Président Mamadou DIA,  écrivait : « la marche à l’indépendance fut une rude aventure, entre l’impatience motrice de Mamadou Dia et la prudence résignée de Léopold Senghor. L’un et l’autre constituaient une équipe miraculeuse pour franchir les obstacles. Ils le firent ensemble jusqu’au drame de décembre 62». Sans vouloir revenir sur les péripéties politiques qui ont conduit à ce douloureux évènement, nous pouvons affirmer que cette crise a porté un coup dur à l’ambition que les deux hommes avaient pour notre pays. Le but, ici, n’est pas d’alimenter une polémique entre Senghoristes et Diaistes, il s’agit plutôt, par devoir de mémoire et, sans doute, par reconnaissance républicaine, de revisiter un moment déterminant de l’histoire de notre pays, afin d’en tirer des enseignements pour envisager, avec sérénité, l’avenir. Roland Colin nous disait un jour : « Aujourd’hui est le fils d’hier et le père de demain ». Ce truisme temporel est au cœur de cet hommage.

 

Nous pouvons nous glorifier d’avoir un État démocratique qui demeure un modèle sur le continent africain. Malgré toutes nos autres fragilités, nos institutions et l’esprit de notre peuple nous ont garanti, jusqu’ici, des alternances saluées dans le monde entier. Ces acquis sont appréciables mais notre pays est toujours dans une situation de pauvreté caractérisée par une dégradation des conditions de vie à l’intérieur du pays avec des déséquilibres économiques et sociaux criardes et une crise profonde des valeurs morales et citoyennes. Le choix d’éduquer les masses est une vision qui mérite, plus que jamais, une actualisation. Inventer l’avenir comme le préconisait Thomas Sankara qui était très attentif à la politique de Dia peut consister, en ce qui concerne le Sénégal, à définir une politique de développement holistique. Mamadou Dia voulait que toutes les couches de la population soient sensibilisées aux initiatives de l’État pour prendre une part active dans leurs réalisations. Aspirant ainsi à une Nation comptant sur ses propres forces, Dia en accord avec Senghor, avait conçu le premier plan quinquennal avec l’équipe du père Lebret pour établir les jalons d’une économie solide gage d’une véritable autonomie. Cette stratégie mise en œuvre dès 1958 était une voie salutaire pour l’Afrique à l’aube des indépendances, car elle s’enracinait dans les réalités socio-culturelles de notre pays. Ce plan a donné naissance à l’animation rurale, un mécanisme décisif au service de la démocratie participative et du développement. 

 

Senghor, en tant que défenseur infatigable de l’identité noire à travers la négritude, théorisait un message universel appelant au métissage des intelligences, des cœurs et des projets humains. Les deux dirigeants affichaient une belle complémentarité pour notre pays car pour paraphraser le philosophe Bachir Diagne « On ne peut pas, économiquement, avoir raison si, culturellement, on a tort ». L’État était incarné par Dia avec tout ce que cela exigeait de fermeté, d’organisation et d’impartialité tandis que les utopies nécessaires à l’émergence d’une nation forte et équilibrée émanaient de Senghor avec tout ce que cela comporte de compromis habiles. C’est en cela que les procès faits hâtivement à ces deux grandes figures de notre histoire sont souvent injustes. Ils oublient un contexte difficile où une prise de conscience rapide des anciennes colonies françaises était une véritable hantise pour l’ex puissance coloniale. Les indépendances cachaient un prolongement de la dépendance et un maintien des nouveaux États dans une situation de balkanisation. En interne, des synarchies maraboutiques consolidaient un héritage souvent incompatible avec l’indivisibilité d’une nation. Avec de telles contraintes, le duo Senghor/Dia aura, au moins, réussi à fonder une patrie dont on peut être fier, en dépit de l’épisode malheureux que Roland Colin, en sa qualité de témoin, décrivait ainsi : « ce que l’on a nommé « coup d’État », bien abusivement, dans le discours des événements qui suivirent, n’avait été, en réalité, qu’une péripétie, à la fois dérisoire et tragique, traduisant un non-sens humain et politique, et rejetant Senghor dans la solitude dorée des honneurs de la République, et Dia dans celle, infiniment cruelle, de la prison brûlante de Kédougou. D’une certaine façon, un drame à hauteur de l’antique tragédie grecque, au grand dam de l’histoire africaine, qui avait bien besoin de ces deux hommes ensemble. Un épisode tragique, dans la série des drames du continent qui virent tomber une série de figures emblématiques : Lubumba, Amilcar Cabral, Thomas Sankara et tant d’autres champions de la démocratie et de la liberté ».

 

Plus de cinquante ans après, le Sénégal fait face à de nombreux défis que l’actuel régime a la lourde tâche de relever. Il en est ainsi de la nécessité du redressement économique qui passe par la restauration des valeurs républicaines, la lutte contre la corruption et la mauvaise gouvernance sans lesquelles toute initiative politique est vouée à l’échec. La rigueur, le pragmatisme et l’intégrité morale de Dia ainsi que la posture d’homme d’État et la dimension multiculturelle de Senghor sont des qualités nécessaires pour mener le Sénégal vers l’émergence. Malheureusement, ces événements de décembre 1962 semblent avoir engendré une dévaluation inquiétante de l’autorité, qui a coïncidé avec une montée du mensonge et de la violence. Depuis les années 2000, notre pays fait face à des régressions multiples. La compétence et l’éthique sont devenues des handicaps dans le champ politique sénégalais tandis que sont adulées et récompensées la trahison, la lâcheté, l’imposture et la médiocrité. C’est en réponse à ce constat malheureux que le président Macky Sall appelle à la restauration des valeurs républicaines. Mais, le plus difficile, manifestement, réside dans la capacité de traduire en acte cette volonté.

 

Enfin, une bonne lecture des sacrifices humains et politiques de notre histoire devrait créer un engagement fort pour une Afrique unie et autonome. La présence française en République Centrafricaine et au Mali montre, si besoin, la vulnérabilité de nos États post-indépendants. Notre responsabilité est de nous approprier, sans nostalgie ni passion notre histoire pour trouver des équilibres d’avenir. Cela passe d’abord par l’éducation à la base et au sommet car c’est à ce niveau essentiel que l’on mesure le chemin qui nous sépare du développement.

Amadou Bâ, CCR France

 

 

Les commentaires sont fermés.