Modern technology gives us many things.

Déficit de personnel, manque d’infrastructure, grèves cycliques, les maux de l’école

lamine cosydepFaisant une analyse du  secteur de l’éducation à Sédhiou, le coordonnateur régional de la coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique(COSYDEP), est plutôt pessimiste : « Sédhiou sera absente au rendez-vous de 2015 », balance-t-il formel. Pour Lamine Diémé (photo) le mal  qui étrangle l’école dans cette partie sud du pays est surtout lié au déficit criard d’infrastructures de qualité.

 « Sédhiou aujourd’hui, est l’une des régions qui regorge le plus d’abris provisoires. Cette situation  s’accentue surtout dans le moyen secondaire où plus de la moitié des Collèges n’existent qu’en année scolaire », déplore-t-il. Or « vu l’influence de la qualité des infrastructures scolaires sur les enseignements et apprentissages, l’Etat doit fournir encore des efforts dans la résorption de ces derniers », souligne Lamine Diémé. Ce n’est pas tout : « Il  s’y ajoute un manque criard d’enseignants ».

L’ancien Directeur d’école, aujourd’hui surveillant générale d’un collège de la commune de Sédhiou, semble remettre en cause la qualité des ressources humaines. « La formation des enseignants est encore très insuffisante. Les enseignants  envoyés tardivement  à la formation diplômante et dans le souci de ne pas perturber les enseignements et apprentissages, ont vu leur temps de stage  réduit ». Le paradoxe, relève-t-il est que « malgré tout cela, les diplômes ont été distribués ». Pour mettre fin à cela ce doyen de l’enseignement élémentaire qui a passé le clair de son temps à encadrer ses jeunes collègues, préconise des solutions. « Une bonne formation pouvait se faire pendant les vacances. Si nous voulons la qualité dans l’enseignement, tout cela pouvait être évité en mettant en place les bonnes infrastructures et en respectant dans la formation et le recrutement le calendrier scolaire ». Autrement  on a assisté à « une  rentrée à deux vitesses : une rentrée en Octobre pour les anciens et une autre en Décembre, Janvier pour les sortants des Ecoles de formation. Poussant sa réflexion plus loin, le coordonnateur régional du COSYDEP considère les grèves cycliques  des élèves et des enseignants comme responsable de la contre-performance du système éducatif Sénégalais en quête de qualité.

Toutefois la racine du mal est bien identifiée à ce niveau. « La grève des élèves qui est liée dès fois au manque de professeurs ou d’anticipation de fêtes et qui est violemment réprimée, réduit le temps d’apprentissage», souligne Lamine Diémé. Il précise que « l’Etat doit assurer la sécurité des élèves parce qu’ils ont le droit de manifester s’ils jugent que leurs conditions d’étude sont très mauvaises ». Mieux, «  la grève est leur seule arme pour obtenir gain de cause ». Monsieur Diémé de rappeler que face à la grève du personnel enseignant  devenue aujourd’hui une tradition, « l’Etat comme les syndicats d’enseignant doivent savoir que l’intérêt de l’école prime sur tout »

«  L’école a tant souffert des grèves cycliques par conséquent, les syndicats doivent faire des concessions et l’Etat doit respecter ses engagements pour l’intérêt de l’école sénégalaise donc de nos enfants ». En effet les conséquences des grevés sont désastreuses. « Cette baisse de niveau qu’on clame partout est en partie liée à ces grèves cycliques » qui minent l’éducation publique au Sénégal qui  a intérêt à relever le pari de la qualité dans le public. Il s’agit de redorer le blason d’un cadre qui n’attire plus.

« La population accorde plus d’importance au privé qu’au public et cela à juste titre, car les études ont montré qu’un élève du privé est plus compétent qu’un élève du public ».

Enfin le coordonnateur du Cosydep de relever que « notre système éducatif est malade » et qu’ « il urge aujourd’hui de le soigner et les remèdes ne pourront être trouvés qu’à partir de l’organisation des assises sur l’éducation ».

Ousmane DEMBA /Sédhiou xibaaru.com

 

Les commentaires sont fermés.