Benno Bokk Yaakaar à

Me Djibril War a reçu ce samedi la visite de la tête de liste de Benno Bokk Yaakaar à Dakar, Amadou Ba, venu lui présenter ses condoléances après la perte d’un de ses proches. Le président de la Commission des Lois à l’Assemblée nationale en a profité pour mettre en garde l’opposition qui a selon lui, pris l’habitude de les attaquer.

«Il y a une semaine on a attaqué la coalition Benno Bokk Yaakaar à Grand-Dakar où des assaillants se sont adonnés à des vandalismes», a déclaré Me Djibril War qui recevait la visite de la tête de liste de Benno Bokk Yaakaar (BBY) de Dakar. En effet, l’avocat s’est servi de cette tribune pour mettre en garde l’opposition qui commence, selon lui, à abuser avec les attaques orchestrées contre les convois de leur coalition.
 Et  l’avocat de poursuivre : «cette action a été réitérée hier à Grand-Yoff. Je pense que pour qui connaît le chef de l’Etat et la coalition BBY, sait que nous ne militons que pour la paix. Selon lui, les Dakarois ne doivent avoir pour seule préoccupation que le développement de Dakar».
«Mais, martèle-t-il, il faut être deux pour instaurer une paix durable. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’avais proposé qu’on initie, comme on le fait au Sénégal entre les ethnies, le cousinage en politique. C’est dans ce sens que je raille tout le l’opposition en déformant les significations des noms de leur parti et coalition».
Mais, cette posture ne doit pas pousser leurs adversaires à vouloir profiter de cette situation pour instaurer la terreur, induire en erreur, relève Me War qui demande que des mesures soient prises en cette période pour assurer la sécurité des populations en cette période de tension.
«L’Etat de droit est permanent. L’Etat de droit ne saurait connaitre de sursis. Si on a une période pareille où vraiment on s’achemine à une phase déterminante de l’histoire du pays, nous avons besoin de paix. Rien ne peut se faire sans la paix. Les élections, dans leur essence, leurs vocations ne sont qu’un champ de compétition où le meilleur doit l’emporter», fait-il savoir.
Avant d’enchainer : «Désormais, c’est terminé. Nous pouvons pactiser avec des militants, mais là, nous avons affaire à des bandits, des agresseurs. Ceux qui, avec leurs miliciens ont déclaré qu’il n’y aura pas d’élections. Mais aujourd’hui, devant la presse, je mets en demeure l’Etat, le ministère public, le Procureur de l’Etat. Désormais, nous voulons que les forces de l’ordre sillonnent toute la période de la campagne».
Et l’avocat de conclure : «Ici dans la commune de Biscuiterie, quiconque tentera de s’attaquer à quelqu’un me trouvera sur son chemin».

Presafrik

PARTAGER