Modern technology gives us many things.

France : la patronne de Interpol prend la tête de la direction de la police judiciaire

interpol présidente 1

Mireille Ballestrazzi (photo) et Bernard Petit, n° 2 et n° 3 de la direction centrale de la PJ, prennent respectivement la tête de la DCPJ et de la PJ parisienne.
Bernard Petit, 58 ans, n° 3 de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), a été nommé mercredi à la tête de la PJ parisienne succédant à Christian Flaesch, a annoncé le ministère de l’Intérieur. Manuel Valls avait annoncé en début de matinée le très prochain remplacement de Christian Flaesch, reprochant à ce dernier une “faute de déontologie”. L’ex-patron de la PJ parisienne a fait l’objet d’une mise en garde du parquet général à propos d’un appel téléphonique à Brice Hortefeux, où les deux hommes évoquent une audition comme témoin de l’ex-ministre de l’Intérieur dans le cadre d’une procédure judiciaire.

Christian Flaesch “sera appelé à d’autres fonctions après plus de six ans passés à la tête du 36 Quai des Orfèvres”, célèbre siège de la PJ parisienne, a précisé l’Intérieur dans un communiqué. Bernard Petit était jusqu’à présent le numéro trois de la DCPJ en tant que sous-directeur en charge de la lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière. “Il a commencé sa carrière comme inspecteur (ex-officier)”, a-t-on expliqué à l’Agence France-Presse dans l’entourage de Manuel Valls, “c’est un grand professionnel” qui a effectué une “brillante carrière”. Il y a en outre un “symbole” dans la nomination d’un membre de la hiérarchie de la DCPJ à la PJ parisienne, où sont d’ordinaire promus des policiers du sérail, a-t-on ajouté, évoquant “un signe de transversalité et de passerelles”.

Mireille Ballestrazzi, une femme dans la police

Cette nomination survient le même jour que celle, en Conseil des ministres, de Mireille Ballestrazzi comme directrice centrale de la police judiciaire (DCPJ). Âgée de 59 ans, Mireille Ballestrazzi, déjà numéro deux de la PJ depuis 2010, était en plus présidente d’Interpol depuis un an. Elle avait été élue à ce poste le 8 novembre 2012 à Rome, devenant ainsi la première femme à présider cette organisation internationale de coopération policière. Auparavant, Mireille Ballestrazzi était déjà vice-présidente pour l’Europe du comité exécutif d’Interpol.

Elle remplace à la tête de la PJ Christian Lothion, 61 ans, qui a fait valoir ses droits à la retraite. Commissaire depuis 1975, Mireille Ballestrazzi est l’une des premières femmes ayant exercé de hautes responsabilités dans la police en France. Spécialiste de police judiciaire, elle a dirigé des services prestigieux. Elle a notamment été à la tête d’un groupe de répression du banditisme à Bordeaux (1978), puis elle a dirigé la police judiciaire en Corse durant l’une des périodes les plus agitées de l’île (1993) et a commandé le service de la PJ française en charge de la répression de la délinquance économique et financière.

Elle s’est rendue célèbre jusqu’au Japon, en 1987, alors qu’elle était à la tête de l’Office central pour la répression des vols d’oeuvres et objets d’art (OCRVOOA), qui dépend aussi de la DCPJ. Elle avait en effet retrouvé dans ce pays quatre tableaux de Jean-Baptiste Corot dérobés peu avant à Semur-en-Auxois (Côte-d’Or). En 1990, elle avait aussi restitué neuf toiles impressionnistes dont le fameux Monet Impression soleil levant, toutes volées au musée Marmottan, à Paris, et retrouvées en Corse. C’est la seconde fois dans son histoire que la DCPJ est dirigée par une femme. Martine Monteil avait été nommée à ce poste en 2004 par le ministre de l’Intérieur de l’époque Dominique de Villepin.

Les commentaires sont fermés.