Trois jours après la Tabaski, les activités tournent toujours au ralenti dans la capitale sénégalaise. Un tour effectué hier, vendredi 18 octobre, à certaines grandes artères a permis de constater que les Dakarois jouent toujours la prolongation de l’Aid El Kebir.

 

La capitale sénégalaise est-elle une ville paresseuse ? Tout porte à le croire, vu que quarante-huit heures après la fête de la Tabaski, Dakar n’arrive toujours pas à se remettre au travail. La ville peine à retrouver ses repères. L’activité est au ralenti du fait qu’une grande partie de la population qui est partie à l’intérieur du pays  n’a  pas encore regagné son lieu de travail.

Partout c’est le même décor, l’animation des grands jours, connue de certaines grandes artères de la capitale sénégalaise comme le boulevard du centenaire de la Commune de Dakar, l’avenue Cheikh Amadou à hauteur du marché des Hlm ou encore place Cabral se fait toujours désirer. Ils sont pourtant très prisés par les Dakarois du fait de l’activité commerciale qui s’y déroule.

dakar 4Sur l’avenue Cheikh Amadou Bamba à hauteur du marché des Hlm, le décor est inédit. A la place de la forte densité humaine, ce sont des tas de sachets en plastique, de carton et autres immondices qui s’offrent en spectacle aux yeux des usagers de l’avenue Cheikh Amadou Bamba. Faute d’occupants, une grande partie des tables de fortune des marchands sont tout simplement entassées au pied des arbres bordant le long du trottoir. Seuls quelques tabliers sont présents sur les lieux en ce matin du vendredi 18 octobre. Les magasins de tissus de même que ceux des pièces détachées ne sont pas épargnés par  ce vent de prolongation de la fête de Tabaski. La plupart n’ont pas encore ouvert leurs portes.

Au niveau du Boulevard du Centenaire de la Commune de Dakar, c’est presque le même décor. Excepté l’absence d’ordures, les lieux sont aussi quasi désertiques. Seuls quelques tablier se retrouvent sur place avec des commerçants chinois.

A quelques mètres de là, la place Cabral, communément appelé rond-point Petersen offre le même scénario. Les marchands ambulants et autres tabliers qui bloquaient la fluidité de la circulation occasionnant par moment de longues heures d’attente au niveau de cet axe sont quasi introuvables, de même que les longues files de cars Ndiaga Ndiaye venant de la banlieue dakaroise. Partout donc à travers la ville, le constat est le même : on joue les prolongations de la Tabaski.

 Sud Quotidien

PARTAGER