nord kivuLes Nations unies ont encore pointé du doigt Kigali dans le conflit qui oppose l’armée congolaise à la rébellion du Mouvement du 23-Mars (M23) et ont intensifié, ce jeudi, l’engagement de la brigade d’intervention de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) aux côtés de cette armée régulière congolaise.

Au cours d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité sur la situation au Nor-Kivu, le sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet, cité par des diplomates à New York, a déclaré que l’Onu avait des informations crédibles et cohérentes sur un soutien de l’armée rwandaise aux rebelles du M23. Des affrontements, dont l’intensité a monté d’un ton mercredi et jeudi, ont repris au Nord de la ville de Goma. Edmond Mulet a aussi parlé d’infiltration de troupes rwandaises en République démocratique du Congo (Rdc) pendant ces derniers jours. Et selon une source militaire occidentale, les affrontement, qui durent depuis une semaine, se déroulent près des villages de Kibati et Mutaho sur des collines, où, plusieurs centaines de rebelles tiennent leurs positions et ripostent avec des mortiers. Pour renforcer leur dispositif, 1 000 soldats du Malawi  vont s’ajouter aux contingents de casques bleus de l’Afrique du Sud et de la Tanzanie pour compléter le déploiement de la brigade d’intervention et porter ses effectifs à 3 000 hommes.

Porte-parole militaire de la Monusco, le lieutenant-colonel Prosper Basse déclare que  leur opération a pour but de « dégager le M23 des positions à partir desquelles il tire sur les positions civiles. »

Province extrêmement riche en minerais, le Nord-Kivu est une et l’une des régions les plus densément peuplées de la Rdc. L’instabilité y est fréquente depuis près de vingt ans, et le M23 actif depuis mai 2012.

Balthazar xibaaru.com

PARTAGER