Modern technology gives us many things.

Couverture maladie : ça marche au Sénégal

macky cmu 1Depuis le 1er octobre, les consultations médicales sont gratuites pour les enfants de moins de 5 ans au Sénégal. Pour ces derniers, les tickets de consultation, de vaccination et d’hospitalisation sont désormais gratuits dans tous les postes et centres de santé, ainsi que pour les urgences hospitalières. Dès janvier 2014, s’y ajoutera la gratuité de la prise en charge, incluant les médicaments. L’objectif du Plan stratégique de développement de la CMU 2013-2017 est que 75 % de la population bénéficient d’une protection sociale en 2017, contre seulement 20 % aujourd’hui. Pour y parvenir, le dispositif mise avant tout sur le renforcement et la multiplication des mutuelles de santé communautaires, dont le nombre devrait passer de 250 à 500. Il ne rimera cependant pas avec gratuité, puisque chaque Sénégalais devra acquitter une cotisation annuelle de 7 000 F CFA (10,67 euros), subventionnée pour moitié par l’État – et en totalité en faveur des 20 % de ménages les plus pauvres.

Un travail de sensibilisation auprès de la population

Le dispositif sera financé par la Caisse autonome de protection sociale universelle (Capsu), qui sera mise en place au cours du premier trimestre 2014. Son financement repose principalement sur une enveloppe de l’État – soit 5 milliards de F CFA pour 2013 -, à laquelle s’ajouteront la collecte de primes, des prélèvements sur des activités à forte rentabilité, ainsi que des mécanismes innovants restant à définir. « Sur le plan du financement, nous en sommes encore au stade des projections, avec le souhait que l’État soit le principal bailleur », souligne le Pr Seydou Boubakar Badiane, coordonnateur de la cellule d’appui à la CMU au ministère de la Santé. « La hausse graduelle des ressources affectées à la CMU constituera un levier stra­tégique pour l’implication des bailleurs [AFD, Usaid, Banque mondiale…], mais, en même temps, il n’est pas souhaitable de trop compter sur les ressources de ces derniers », confirme Farba Lamine Sall, conseiller en économie de la santé à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « La priorité, c’est de s’approprier cette réforme, ce qui implique un véritable travail de sensibilisation auprès de la population », ajoute Amadou Kanouté, directeur exécutif de l’Institut pour la citoyenneté, les consommateurs et le développement (Cicodev).

Les commentaires sont fermés.