soldat français banguiBANGUI (Reuters) – Des soldats français déployés en Centrafrique ont échangé des coups de feu avec d’ex-rebelles de la Séléka lundi près de l’aéroport de Bangui lors d’une opération de désarmement, a-t-on appris de source proche de la Fomac, mission régionale de maintien de la paix.

« Je m’y trouve à présent. Les Séléka n’ont pas voulu déposer les armes. Il y a eu un bref échange de tirs, et ils sont partis en courant », a déclaré Célestin Christ Léon, officier chargé des communications de la Fomac, la force multinationale des Etats d’Afrique centrale qui préfigure la force panafricaine de maintien de la paix.

A Paris, le porte-parole de l’état-major des armées françaises a minimisé la portée de cet incident.

« Il s’agit d’un incident insignifiant qui a duré moins d’une dizaine de minutes », a dit le colonel Gilles Jaron. « Un homme a tiré vers l’aéroport et les troupes françaises ont riposté », a-t-il dit.

Les soldats n’ont rien découvert après l’échange de tirs, a-t-il dit.

Jeudi dernier, des hommes armés non identifiés, qui avaient ouvert le feu sur les positions françaises à l’aéroport de Bangui, avaient été tués par les forces françaises. L’armée avait prévenu qu’elle riposterait à chaque fois que ses positions seraient attaquées.

PARTAGER