Alors que la Côte d’Ivoire s’apprête à recevoir le Maroc ce samedi 7 septembre pour un match de qualification au Mondial 2014, Yaya Touré, footballeur vedette de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire et capitaine de Manchester City FC, fera une déclaration forte contre le braconnage des éléphants. Cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts mondiaux, entrepris par l’Organisation des Nations Unies et ses partenaires pour stopper le commerce illicite d’espèces sauvages.

yaya touré 1Le match qui se déroulera à guichets fermés , sera suivi par plus de 25 millions de spectateurs à travers le monde.

Selon les conclusions d’un rapport intitulé  » Elephants in the Dust – the African Elephant Crisis  » (en français :  » Les éléphants dans la poussière – La crise de l’éléphant d’Afrique « ) l’augmentation des niveaux de braconnage, de même que la perte des habitats, menacent la survie des populations d’éléphants en Afrique centrale ainsi que les populations préalablement protégées en Afrique de l’Ouest, du Sud et de l’Est. Ce rapport a été publié à Bangkok, en mars dernier, lors de la 16e réunion plénière de la CITES, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction.

En 2011 uniquement, l’ONU estime que plus de 17.000 éléphants ont été tués dans des sites sécurisés. Les chiffres globaux pourraient donc être beaucoup plus élevés.

En Côte d’ Ivoire, le nombre d’éléphants a chuté de manière dramatique. Selon des estimations récentes, il ne subsisterait plus que 800 individus.
L’an dernier, le parc national de Bouba N’Djida, situé au nord-est du Cameroun, a connu une forte augmentation du nombre d’animaux braconnés. Pas moins, 450 éléphants ont été tués dans la région. Ces massacres seraient le fait de groupes rebelles venant du Tchad et du Soudan.

L’ampleur du phénomène dépasse désormais de loin le taux de croissance naturelle des populations d’éléphants, menaçant gravement la survie de l’espèce, en particulier en Afrique centrale et occidentale.

Malheureusement, les pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique Australe, qui avaient jusqu’alors été relativement épargnés, sont à leur tour touchés par ce fléau.

PARTAGER